Tenebros Poudlard Index du Forum
 
 
 
Tenebros Poudlard Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Le Sang des Héritiers
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Tenebros Poudlard Index du Forum -> Poudlard -> Rez-de-chaussée -> Grande Salle
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nelson Eiwaz
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 6 Sep - 18:26 (2014)    Sujet du message: Le Sang des Héritiers Répondre en citant

Cela faisait trois semaines que Nelson Eiwaz avait été délivrer des forces obscurs aux mains de la Secte Noire. Ce soir là, cette mission avait été périlleuse pour ses amis mais ils avaient récupérer l'Homme de la situation et l'arme ultime pour vaincre la terreur actuelle. De même, il s'était rendu compte qu'il était temps de mettre fin à tout cela et qu'il fallait se préparer en rassemblant tout le monde pour ne former qu'un bloc compact. Il y a deux ans de cela, ils avaient tous unis leurs forces et avait vaincu la Salamandre alors que l'Apocalypse aller avoir lieu. Ils pouvaient reproduire de nouveau cette exploit, ils en avaient la force et la conviction.

Si Nelson s'était remis de ses blessures grâce aux soins de la Directrice de Saint Mangouste, il s'attendait à tout moment une attaque de la force ennemie. C'est pour cette raison qu'il avait déplacé le QG de la Salamandre dans Poudlard et qu'il avait rassemblé les Lycans et les Vampires à cohabiter ensemble. Comme ça en cas d'attaque, ils étaient tous unis pour mourir si il le fallait. Après tout, si le Jeune Eiwaz devait mourir de nouveau pour sauver le monde, il le ferait sans hésitation. En revanche, dans Poudlard un conseil de guerre avait été formé de façon à établir différentes stratégies entre les différents Chefs. Si les réunions n'aboutissaient à rien dans le début, il y avait énormément de débat sur la place des élèves dans ce conflit, le petit fils de Dumbledore rester sur ses postions et ne déroger pas à sa position comme quoi, ils avaient leurs places et leurs mots à dire. Ils étaient peut être des enfants aux yeux de certains, mais il s'agissait des futurs Sorciers et protecteurs de monde, il devait se battre à leurs côtés. Il y aurait peut être des morts, mais ils pouvaient survivre si ils combattaient tous unis et se protégeant les uns des autres. Après tout, sa faisait un certain nombre de baguette en leurs faveurs et malgré que le Ministère débattait beaucoup sur ce sujet. Sylvius Césarius appuyait pour une fois sur ce sujet, la position de Nelson. En effet, avec son meilleur ami, il avait été voir Layna Lewis et Elena Chase dans leur salle commune de façon à leur confier la mission de reformer l'AD pour une troisième fois et d'entrainer tout les élèves à combattre pour Poudlard.

Pendant ce temps là, Azar et Asher Forad étaient partis avec deux élèves que Nelson voulait prendre en charge car ils avaient une détermination et un pouvoir que l'ancien Directeur de Poudlard se reconnaissait en eux. C'est deux jeunes Sorciers étaient Noah Alniott et Harry Allauch. Si le Chef de la Salamandre souhaitait les épauler, c'est que leurs deux pères étaient mort au combat face à lui. Pas par question de pitié mais par question qui souhaitait leur enseigner des valeurs, il avait pris donc l'initiative avec l'accord du Directeur de Poudlard que ses deux jeunes partent avec les frères Forad chez les Gobelins pour forger l'épée ultime pour faire face à Melkor. La seule chose que Nelson craignait c'est que l'attaque est lieu alors qu'ils ne sont pas revenus. Sa faisait déjà une semaine qu'ils étaient partis et il n'avait aucune nouvelle d'eux, il espérait juste que tout se passe bien pour eux et qu'il n'y a pas eu de complication sur la route.

Si l'ensemble de l'école était heureux d'être rassembler avec les élèves de Beauxbatons et d'être lié aux Lycans, de pouvoir découvrir des choses sur les Vampires sans se cacher ou qu'il y a un souci, l'ambiance régner vraiment très bien et on sentait qu'il y avait une vrai Famille. Tout le monde se sentait en sécurité et à vrai dire Poudlard, n'avait pas vécu ça depuis très longtemps. Les événements du monde magique avaient tendance à ruiner l'ambiance, mais le fait qu'enfin une résistance se mettre en place, ceci rassurer plus d'une personne. Si des parents d'élèves venaient s'abriter pour se sentir en sécurité, le motif qui revenait souvent et qui faisait bruit dans les couloirs de l'école, c'est que la plupart des gens venaient car ils savaient que Nelson Eiwaz et ses proches les protègeraient par dessus tout. Malheureusement dans tout ça, il manquait quelque chose, il s'agissait de Durmstrang, une ancienne école allié à Poudlard depuis toujours. Et si Nelson souhaite que Poudlard combattre à ses côtés, c'est qu'il savait que Jason son fils se servirait de Durmstrang en force numérique pour essayer de mettre fin à eux. Il est triste de ce dire que élèves se battront l'un contre l'autre, mais à vrai dire, il s'agissait de la survie du monde magique et ils n'avaient guerre le choix de se battre.

Nelson étant présent dans ses quartiers que Sylvius lui avait accordé, il était en train d'écrire des notes sur des parchemins dans le cas que sa se passerait mal. Depuis l'apparition de son lui futur, il pensait à l'avenir du monde, et il préférait laisser une trace écrite de ce qu'il s'était passé et de ce qu'il se passait pour les survivants où cas où. Sa leur permettait ainsi de savoir toutes les découvertes de ce dernier, mais surtout de se servir de cette arme contre l'ennemie si il venait à les battre.

Néanmoins, un son vint vite le sortir de ses pensées alors que son cœur s'emballait, il s'agissait de la sonnette d'alarme en cas d'attaque. sortant de ses quartiers pour voir ce qu'il passait, il vit que tout le monde était en panique et courait dans tout les sens. Croisant Sylvius sur son passage accompagnait de Severus Killian, Nelson leur donna un ordre :

" Vous me ressemblez tout le monde dans la cour ! Et habiller en tenue de combat ! "

D'un hochement de tête de son compagnon, le Chef de la Salamandre retourna rapidement dans ses quartiers pour s'habiller dans la tenue adéquate. C'était le moment la Secte approchait pour attaquer et ceci aller se terminer dans les heures à suivre. Il était à peine 19h du soir qu'il était possible que personne ne verrait son prochain repas ou son prochain sommeil. Habiller en tenue de mercenaire avec les protections adéquates aux avant bras et aux tibias. Vétu d'une belle cape, d'une plastron avec une belle Salamandre en Or dessus, pour la première fois, le blason de Poudlard figurait en couleur sur sa cape noire. Membre de la Salamandre, il combattait pour Poudlard et ses valeurs ancestrales. Avant de quitter la pièce pour rejoindre la cour extérieur, il ne pu s'empêcher de jeter un dernier regard aux photos qui figurait sur son bureau. S'agissant de sa femme, sa fille, son fils et tout ses amis cher à ses yeux. Il était grand temps pour lui de mener toutes ses petites troupes aux combats et de faire face au mal.

Allant dans la direction de la cour, il pouvait voir que l'école était vide et qu'un silence total avait lieu. Alors que s'approchant de la sortie en descendant les étages en regardant dehors, il vit différent bataillon vraiment ranger de façon militaire, il pouvait voir aussi au loin que les forces ennemies approchaient. Lord Melkor avait du être surpris par la mise en place de tout les moyens de protections conçu par les plus grands Sorciers du monde. C'est ce qui expliquer aussi pourquoi, il n'avait pas pu entre en transplanant avec ses hommes. Voyant de loin, l'étendart de Durmstrang, il savait que son fils était là. Ce n'est qu'en arrivant en bas, près de la grand porte, qu'il pu entendre différent gens parler etc... Les élèves étaient prêt et exciter de mettre fin à cette horreur. Malgré, qu'il pouvait voir de nouveau la peur dans leurs yeux et ceci était normal à prêt tout. Il préférait voir ça que des gens trop confiants. Passant dans les rangs pour rejoindre la première ligne où les Chefs se trouvaient, il pouvait voir que tout le monde l'attendait et le dévisager du regard. Tout le monde comptait sur lui et tout le monde attendait ses consignes. Il voyait en lui, un meneur affirmer et c'était lui qui allait les conduire à la victoire.

Arrivant devant tout le monde, il pouvait entendre des voix se disant qu'ils n'étaient pas inquiète même si cela était faux, ils essayaient de se convaincre. A un moment, un parent d'élève sortit des rangs pour s'enfuir, il ne pu s'empêcher de clamer haut et forte une injure envers Nelson :

" Vous n'avez pas l'épée en main ! On est foutue ! "

Mais ne disant rien et le laissant fuir dans l'école, les élèves rester à leur place. Nelson d'une voix haute et forte d'un ton calme monta sur un estrade et entama ses discours de guerre comme à son habitude :

" Nous voila revenue au choix que nous avons parler ! "

Levant le bras avec les doigt écarter, en direction des élèves :

" Imaginez vous ! Que vous avez ce pouvoir ! Maintenant ! "

Marquant une pose, l'ancien Directeur reprit :

" A chaque génération ! Un Sorcier plus puissant que tout le monde gouverne sur le monde ! Parce qu'une bande de types qu'ils sont morts depuis des milliers d'années ! On fixait les règles du jeu ! Ces Hommes étaient puissants ! "

Les pointant de nouveau mais cette fois-ci du doigt :

" Mais vous ! Vous êtes plus puissant que ces Hommes réunis ! Alors changeons les règles de ce jeu ! Moi je dis que mon pouvoir ! Devrait être votre pouvoir ! Ce soir ! Nous utiliserons tous nos capacités magiques pour une seule cause ! Cette cause va changer notre Destin ! "

Haussant le ton au point de crier, Nelson voulait les booster :

" A partir de maintenant ! Tous les Sorciers du monde deviendront des meneurs et des mages uniques ! Tout les enfants qui attendent d'avoir le pouvoir auront ce pouvoir ! Ceux qui seront soumis résisteront enfin ! Des Sorciers uniques chacun d'entre vous ! "

Marquant une pose et les regardant tous dans les yeux, il termina quasiment son discourt :

" Faites un Choix ! Etre vous prêt à être forts ? "


Les regardant tous avec le sourire pour terminer il ajouta le mot de la fin en hurlant de tout ses forces :

" Moi je le suis ! Et vous aussi à présent ! "

Lançant une balle en verre dans l'aire à l'aide de sa baguette, il a brisa et la poudre s'évapora sur l'ensemble des forces. Alors que certains se sentaient encore plus fort qu'avant. Des cris de guerre vinrent de la foule pour faire comprendre qu'ils étaient prêt.[/


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 6 Sep - 18:26 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mey Pendragon
PROFESSEUR

Hors ligne

Inscrit le: 13 Nov 2011
Messages: 1 251
Localisation: Londres/Poudlard
Féminin
Maison: Gryffondor
Baguette: Hermione
Balais: Frislune
Gallions: 13256
Patronus: Lynx des neiges
En Couple avec: Jason Eiwaz
Animal: Chouette des neiges
Grade: Rédacteur de la Gazette

MessagePosté le: Dim 7 Sep - 21:24 (2014)    Sujet du message: Le Sang des Héritiers Répondre en citant

Trois semaines. Voilà trois semaine que Nelson Eiwaz avait été libérait des sombres cachots de la Secte Noire. Trois semaines que ce même homme avait ramenait Mey Pendragon, demi-sœur de Sylvius Cesarius et fille de Perceval Cesarius Pendragon, à la raison. Trois semaines que Mey avait retrouvé ses esprits. Son vrai elle. Ce qu'elle était réellement enfouie sous toute cette haine et toute cette colère qui avait mal tournée et qui aurait très bien pu courir définitivement à sa perte si Nelson ne l'avait pas sauver de l'emprise de la Secte.
Depuis son retour d'Egypte, auprès de Nel', de Céline, d'Asher, d'Azar, d'Alexander, de Nolhan et des autres, Mey se sentait bien mieux et au top de sa forme. Elle ne ressentait plus toutes ses émotions négatives et contradictoires. Elle avait aussi retrouvé son grand frère adoré, celui-là même décédé quelques mois plus tôt. C'était en l’occurrence ce tragique événement qui avait fait perdre à une vitesse grand V toute sa raison à la pauvre Mey et peut-être même l'espace d'un instant son propre cœur. Elle avait également retrouvé à son retour au château, la jeune Malory Olianov, l'une de ses élèves (appartenant à la maison de Serdaigle). Cette "petite" l'avait aperçut peu de temps après sa disparition, non loin du Chemin de Traverse et l'avait suivi à la trace jusqu'à l'Allé des Embrumes. Elle avait tenté de la ramener au château mais elle c'était vite rendu compte que son Professeur de Rune ancienne n'était plus tout à fait elle même. Elle n'avait cependant pas perdu pied face à cela et avait tenu bon malgré les menaces de Mey. Mais sans le moindre succès. Mat Dursley, son ex fiancé, l'avait également retrouvé dans le pays des dunes ou les pyramides régnaient en maître. Mais sans succès également. Cependant, la jeune sorcière n'avait point oublier de grandement les remercier pour ce qu'ils avaient fais pour elle et cela aux périls de leurs propre vie. Puis enfin, Mey avait aussi retrouvé sa tendre Lili ! La jeune fille de Shona et Angus Godolphin. Elle aussi avait disparu un moment. Cela l'avait beaucoup affecté. Sans compter que cela tomber pile poile au moment du décès de Sylvius. Alors comment voulez vous que la pauvre Pendragon ne perde pas la tête avec tout cela ?! Mais n'y pensons plus, toutes ses mésaventures appartenaient désormais au passé, bien que le plus dur restait encore à venir.


Trois semaines, donc, que Mey avait quitté la Secte Noire, l'Egypte et par dessus tout Jason Eiwaz. Le fils et la chair de Nelson. Ils c'était tout deux rencontré le soir même ou Mey avait "souhaitait" entrer dans la Secte et depuis il ne c'était plus quitter. Du moins pas sans y être obligé. Lorsque Mey avait retrouvé la mémoire, grâce à Nel', elle avait presque imaginé, penser, songer ou dieu ne sait quoi d'autre que tout ce qu'elle avait bien pu ressentir ou que tout ce qu'elle ressentait tout simplement pour Jason (car parlait au présent serait encore plus plausible dans ce cas de figure) disparaîtrait en même temps que la personne qu'elle était devenue à défaut. Mais foutaise ! Baliverne ! Tout avait disparu sauf l'affection sincère et profonde qu'elle ressentait à l'égard de Jason. Elle n'avait eut de cesse de penser à lui depuis son retour. *Que pouvait il bien penser d'elle ? L'affectionnait il toujours autant qu'avant ? Pourrait il la tuer de sans froid s'il la croiser aujourd'hui ?* Tant de question sans réponse qui lui torturait ainsi l'esprit. Elle aurait aimé en parler à quelqu'un, mais tous étaient préoccupé par la guerre imminente qui allait bientôt leur tomber sur la tête ! Mey n'avait aucune envie d'en rajouter avec sa vie sentimentale. Elle prenait donc sur elle tant bien que mal et tentait de se reposer un peu. Mais bientôt son esprit fut tiraillé par autre chose. Mey avait finalement eu toutes les informations concernant la fameuse épée qu'Asher avait ramener du sauvetage de Nelson en Egypte. C'était une épée qui allait grandement les aider dans cette bataille finale. L'épée d'Anubis. Ajoutant à cela les nombreux conseils de guerres qu'ils avaient tenu au Château, le déménagement du QG de la Salamandre à Poudlard et l'installation de la meute toute entière d'Alexander Castellan et de tous les Vampires de la Ligue de Sang (sous l'autorité de Nolhan Lockwood) également au château, cela faisait beaucoup à assimiler d'un coup. Mey songeait donc beaucoup à tout cela bien que la présence d'autant de résistant au château la rassurer amplement. La présence des élèves vivant toujours dans l'enceinte de l'école la rassurait cependant un peu moins. Elle s’inquiétait énormément pour eux. Mais elle se souvient alors de l'époque ou elle était encore élève. L'époque ou elle avait reformé l'Armée de Dumbledore sous la demande de Nelson, pour prendre part à la menace qui envahissait Poudlard. Elle n'aurait reculé devant rien. Alors malgré son tracas, elle ne pouvait que comprendre leurs motivations à tous de se protéger les uns les autres ainsi que leurs école et finalement par le biais de tout cela leurs propre monde.

Mais alors que la jeune Mey tentait de se reposer dans ses appartements, aménagé au sein même de l'école, un son pour le moins inquiétant lui parvient jusqu'au oreille. Une sonnette retentissait sans relâche ! Rien de bien inquiètent en soi me diriez vous ? Mais détrompez-vous, cette sonnette n'était pas n'importe qu'elle sonnette ordinaire. C'était une sonnette d'alarme et si elle retentissait c'est que le mal n'était plus très loin ! *Sa y est !* Songea Mey. *Le grand moment est arrivé.* Elle se leva d'un bon, prit sa baguette et sortit de sa chambre. Elle fit quelques pas et aperçut au loin Sylvius et Severus. Ces derniers s’avançaient vers Nelson qui venait de leurs intimer l'ordre de rassembler tout le monde dans la cour extérieur du château prêt à combattre ! Sylvius et Severus s'exécutèrent. Ayant également entendu l'ordre de Nelson, Mey accouru pour les aider à rassembler tout le monde. Elle portait un jean de couleur claire, un tee-shirt à l'effigie de Kurt Cobain délavée et un cuir noir. Au pied ses incontournables dr martens. Autant le dire, sa tenu était loin d'être approprié pour une grande bataille, mais à l'heure qu'il était, elle n'avait plus vraiment le temps d'aller enfiler autre chose !
Une fois tout le monde rassemble dans la cour, les Professeurs ainsi que les Salamendirens allèrent se positionner sur une sorte d'estrade qui se trouvait là. Un silence lourde et assez stressant régnait désormais en ce lieux habituellement chaleureux. Quelque uns échanger des mots, des murmures, des regards inquiets. Mais tous attendaient la seule et même chose. L'arrivé de leur chef, Nelson Eiwaz. Celui ne tarda d'ailleurs pas à arriver. Il traversa silencieusement la foule et vient se poser au sommet de l'estrade. Il fit face à l'assemblé toujours dans le plus grand des silences. Il observa un court instant tout le monde avant de finalement ouvrir la douche pour prononcer un discourt. Un discourt emplis sagesse, de force et de courage. Mey, elle, l'avait ressentit ainsi. A la fin de son discourt emplis d'entrain, Nelson déversa sur la foule une sorte de poudre qui sembla donner à tous on ne peu plus de courage pour l'épreuve qui les attendait en cette sombre nuit. Des cris de guerres s'élevèrent alors de l'assemble d'une seule et même voix. C'est donc point levé et emplis de détermination que tous annoncèrent qu'ils étaient fin prêt pour le combat ! 

Le regard de Mey se posa à son tour sur ses compagnons. Son frère Sylvius, sa belle sœur Mafalda, sa cousine Alice, Lili sa meilleure amie, Nelson son mentor, Mat qu'elle affectionnait beaucoup et tous ses autres visages si connue et tant aimé. Comment cela allait il se terminer ? Mey frissonna puis serra de toute ses forces sa baguette magique. Le silence semblait se réinstaller doucement. Tout le monde tendait l'oreille. Guettant le moindre bruit anormale, le moindre signe annonçant le début de la grande bataille.
_________________
"On peut trouver le bonheur même dans les situations les plus sombres, il suffit de se souvenir, d'allumer la lumière..."
By Albus Perceval Wulfric Brian Dumbledore



Revenir en haut
Nolhan Lockwood
PROFESSEUR

Hors ligne

Inscrit le: 16 Sep 2012
Messages: 613
Masculin
Maison: Serpentard
Baguette: Harry
Gallions: 11910
Patronus: Un renard
Animal: Axolotl
Grade: Professeur d'Histoire de la Magie

MessagePosté le: Lun 8 Sep - 20:40 (2014)    Sujet du message: Le Sang des Héritiers Répondre en citant

La guerre approchait a grand pas.Nolhan Lockwood pouvait ressentir la tension palpable présente autour de lui, que ce soit chez les élèves, ou les professeurs. Nelson Eiwaz avait été délivré des forces obscures de la secte noire,  il y a 3 semaines de cela. Depuis, tout le monde se doutait et redoutait un attaque de la part de la secte noire. Ces dernières semaines, chacun se préparaient du mieux possible à l'éventuel combat. Les élèves se formaient grâce a la réunification de l'AD, dont Layna Lewis et Elena Chase étaient a la tête. Malgré quelques réticences du ministère de la Magie, tout les élèves qui le souhaitaient pourraient se joindre au combat. D'ailleurs tout le monde était convié a se battre contre la secte, élèves, professeurs, parents d'élèves, lycanthropes et vampires prêt a se battre main dans la main pour la même cause. Tous étaient prêt. Nolhan, lui, avait organise depuis quelques temps des entrainements intensifs au sein de la ligue de sang afin que tout les vampires soient au mieux de leur forme le moment venue. La ligue de sang travaillait dans le monde entier, alors le chef de la ligue avait négocier avec des vampires des 4 coins de la terre pour les soutenir en cas d'attaque. Bien entendu, certains avaient eu peur de connaitre la mort ultime alors ils avaient décliné l'offre de Nolhan. Par chance, la plupart de ces créatures de la nuit ne connaissaient pas vraiment la peur. Plutôt l'excitation. Alors beaucoup étaient venus se joindre au coté de Nolhan et de sa ligue. Pour une fois qu ils pouvaient s attaquer a de la chair fraiche sans se faire réprimander, ils n'allaient pas refuser ! Tout les vampires, sauf Nolhan et quelques autres vampires encore raisonnable, étaient impatients que la secte attaque. Nolhan quant a lui appréhendait. Il était assez optimiste mais tout de même anxieux par rapport a ses élèves et amis professeurs. Ils étaient tous très compétents mais ils n en restaient pas moins humains. Par conséquent, il n'avait pas la rapidité de vampires et étaient plus vulnérables aux sortilèges. Au final Nolhan avait plus peur pour les humains que pour sa propre vie.
 
Ce jour là, Nolhan était au Pré-Au-Lard, plus précisément au QG de la Ligue de Sang Il était en train de s'entrainer avec Stanley DiSalvo, un membre de la Ligue mais également un de ses amis les plus proches. Ils se trouvaient dans le parc du manoir. A divers endroits, se trouvaient d'autres membres formant des petits groupes d'entrainement. Cela faisait plus d'une heure que lui et Stanley s'entrainaient à de nouvelles techniques de combat, des techniques chinoise que leur avait enseigner un Vampire asiatique. Avec les temps qui courraient, tout se qui pouvait les rendre plus fort était bon à prendre. Soudain, le chef de la Ligue entendit un léger bruit. C'était un bruit à peine audible. Un simple humain n'aurait jamais pu l'entendre d'où les deux Vampires se trouvaient. Mais leur ouïe ultra-développés, permettaient à Nolhan et Stanley d'entendre se son lointain. Nolhan se figea. Il savait à quoi correspondait se tintement sonore. Il s'agissait de l'alarme de Poudlard. L'école allait se faire attaquer d'un moment à l'autre. D'un coup, la vue de Nolhan s'embruma et il entendit une voix dans la tête. Celle du Directeur Sylvius Césarius. Quelques jours auparavant, les deux hommes avaient mit en place un système afin de communiquer en cas de problème et de prévenir plus rapidement Nolhan en cas de problèmes à Poudlard. Sylvius prononça juste ces mots : " Nous sommes attaqué ! Venez vite !". Nolhan s'adressa d'une voix forte à l'ensemble des Vampires se trouvant dans le parc :
 
- Mes frères de sang ! L'heure est grave ! Poudlard est en danger ! Comme vous le savez, nous sommes là pour les aider en cas d'attaque. Rassemblez tout les membres de la Ligue devant le manoir. Nous irons au château tous ensemble, cela sera plus impressionnant pour l'ennemi ! Vous avez cinq minutes !!!
 
Et comme prévu, cinq minutes après, une centaine de Vampire se trouvaient alignés sur plusieurs rangées devant le QG de la Ligue de Sang. Tous arboraient une tenue de combat que l'école leur avait fournit. Au niveau du cœur se trouvait le blason de Poudlard et sur l'épaule droite se trouvait le blason de la Ligue. Nolhan fit un rapide discours pour motiver ses troupes puis avec une vitesse fulgurante, tous les buveurs de sang se dirigèrent vers l'école de sorcellerie. Lorsqu'ils arrivèrent, tout le monde était déjà en position militaire dans la cours de Poudlard. Sur le coté gauche du parc, le terrain était totalement vide. Ils avaient dû laisser l'emplacement vide pour que Nolhan et ses Vampires puissent s'installer. Le jeune chef se plaça tout devant son groupe, sur la même ligne que les autres chefs. Son ami et bras droit Mathéo Kénaël se plaça également sur cette ligne. Nolhan n'avait jamais vue autant de personnes réunit dans l'enceinte de Poudlard. Des parents d'élèves ainsi que des habitants du Pré-Au-Lard étaient présent pour défendre le château. Cependant, quelques sorciers un peu lâches quittèrent les rangs. Nolhan ne pouvait les blâmer. Il comprenait leur terreur. Au loin, ils pouvaient voir le camp ennemi approcher. La tension montait de plus en plus dans les rangs de Poudlard. Nelson fit un discours afin de les rebooster :
 
 
- Nous voila revenue au choix que nous avons parler ! Imaginez vous ! Que vous avez ce pouvoir ! Maintenant ! A chaque génération ! Un Sorcier plus puissant que tout le monde gouverne sur le monde ! Parce qu'une bande de types qu'ils sont morts depuis des milliers d'années ! On fixait les règles du jeu ! Ces Hommes étaient puissants ! Mais vous ! Vous êtes plus puissant que ces Hommes réunis ! Alors changeons les règles de ce jeu ! Moi je dis que mon pouvoir ! Devrait être votre pouvoir ! Ce soir ! Nous utiliserons tous nos capacités magiques pour une seule cause ! Cette cause va changer notre Destin ! A partir de maintenant ! Tous les Sorciers du monde deviendront des meneurs et des mages uniques ! Tout les enfants qui attendent d'avoir le pouvoir auront ce pouvoir ! Ceux qui seront soumis résisteront enfin ! Des Sorciers uniques chacun d'entre vous ! Faites un Choix ! Etre vous prêt à être forts ?

Puis il hurla :

- Moi je le suis ! Et vous aussi à présent !

Il lança en l'air un sphère en verre grâce à sa baguette, qu'il brisa et dont la poudre s'éparpilla sur l'ensemble des combattants. Des cris de guerres se firent entendre, montrant que les troupes de Poudlard étaient prête. Du coté des Vampires, tous étaient en position d'attaque, prêt à bondir sur leur adversaire à tout moment. Leurs crocs saillants étaient de sortis. Nolhan sentit sa soif et sa rage (cela allait souvent de paire) monter en lui, à mesure que le camp ennemi approchait.
  

_________________
Professeur d'Histoire de la Magie
Chef de la Ligue de Sang

L'attachement est une absurdité... Une incitation à la douleur...


Revenir en haut
Teodora Lawrence
SERDAIGLE

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2012
Messages: 264
Localisation: Dans mon dortoir
Féminin
Maison: Serdaigle
Baguette: Neville
Gallions: 1097
Patronus: Louve blanche
En Couple avec: secret avec Mat Durs
Grade: Sixième année

MessagePosté le: Lun 8 Sep - 22:09 (2014)    Sujet du message: Le Sang des Héritiers Répondre en citant

Cela faisait trois semaine que notre ancien professeur, Nelson Eiwaz était rentré, trois semaine que ma meilleure amie et cousine avait envoyé un hibou à ses parents, trois semaine que chaque soir ma petite chattoune Nala me plantait ses griffes dans les cuisses et enfin trois semaine que je n’avais pas pu embrasser mon amour de professeur de potions !! S’en était trop je n’arrêtais pas de gesticuler sur mon fauteuil, Elween était au courant de ma relation avec notre professeur de potions et elle aurait pu me couvrir si nos parents n’étaient pas apparus 6 jours après la lettre qu’elle leur avait envoyé.

Trois semaine sans le voir, dans l’angoisse d’une attaque parce que si nos petits première années était toujours prêt à tous déglingué je savais par la suite qu’ils allaient, aller, au moins 1 aller ce réfugier dans les jupons de maman, ce qui est normal certes mais ils sont tellement drôle à jouer les gros bras en disant «  Ouais c’est moi qui vais déglingué la tête de Melkor ! » ou encore « je vais lui faire bouffer sa cervelle de débile par les trou de nez ! » au moins eux ils réussissaient à détendre l’atmosphère lourde qui régnaient dans notre beau et paisible (ou presque) château. Tous les élèves s’entrainait jour après jours à l’ordre que Lay’ et El’ avait recréé et s’était vraiment de bonne professeurs pour les premières et deuxièmes années, bon très bien même pour moi parfois !

J’étais en pleine séance d’entrainement avec toutes ma famille, c’est à dire bien du monde, lorsque l’attaque fût donner, et durant toute cette séance d’entrainement j’avais l’esprit complétement ailleurs je réfléchissais à un plan d’attaque, non pas pour la bataille mais pour essayer de voler au moins un baiser au garçon de mes rêves, trois semaine que nous ne faisions que nous croiser, nous frôler et nous lancer des regards plein d’amour… *Enfin pour toi ma chère pour toi !* pensant que l’attaque ne serais pas donner aujourd’hui je voulais au moins lui donner un dernier baiser si je devais… *AH NON ! Teo’ pas de penser lugubre s’il te plait ce n’est pas le moment, reste tranquille et calme, tu auras bien le temps de faire plein, mais alors pleins de galipettes avec lui quand vous aurez gagnez !* Non mais ça va pas de dire des choses pareils la conscience t’es pas bien ou quoi ?! Je levais ma baguettes en direction des mannequins ensorcelés et lui jetais tous les sorts que je pouvais, et qui me passais par la tête, je les faisais brulée, gelée, emmurées, catapulté, faisant des trous dans les murs. J’étais en sueur mais toute mes forces ne c’était pas épuisé, et puis un vers de jus de citrouilles des dragées surprise de Bertie Crochu plus des chocogrenouille tous ce passeras très bien ! Je venais tous juste de me changer et de manger lorsque je pris la décision d’aller faire un tour dans le parc, sous le saule avais-je dis à mes parents. Elween savait pertinemment ce que j’avais en tête et le besoin que j’avais pour mentir ouvertement à ma famille, je lui avais affirmé le soir ou ils étaient arrivés que je ne pouvais pas leur annoncé ça de but en blancs, leur dire « Salut, j’ai un petit amis, mais ce que vous ne savez pas c’est que c’est mon professeur de potions ! Et ouais ! » *Je suis sûr qu’ils auraient adoré moi pourtant ! Ils auraient pris leur baguette et serais partis le tuer.*

J’allais sortir au moment où je vis mon ancien professeur de potions devant moi me disant de me bouger les fesses et de filé mettre des affaires pour combattre, j’embarquais Ellween avec moi et nous filâmes dans notre dortoir pour nous changer.
 

J’enfilais mon jean noir, mes converse et par-dessus mon débardeur bordeaux ma veste noir. J’attachais mes cheveux en une haute queue de cheval et m’était mon pendentif, peu importais les remarque de ma cousine, pour ce combats je pense que j’en aurais bien besoins.

Nôtre tributs descendis alors pour se retrouver dans une foule, devant nous une estrades ou trônait les professeurs et les salamandriens, et moi , moi je cherchais furtivement du regard Mat, nos regards ce croisèrent, et ce fixèrent jusqu’à ce que mon père me tire vers lui pour laisser passer le professeur Eiwaz qui, après être monté sur l’estrade pris la parole, plus un bruits n’émanais de l’assemblais, seulement des respirations et doucement avant qu’ils ne commence son discours je prononçais un « je t’aime » silencieux priant pour qu’il le vois à mon amant.

   - Nous voilà revenue au choix que nous avons parlé ! Imaginez-vous ! Que vous avez ce pouvoir ! Maintenant ! A chaque génération ! Un Sorcier plus puissant que tout le monde gouverne sur le monde ! Parce qu'une bande de types qu'ils sont morts depuis des milliers d'années ! On fixait les règles du jeu ! Ces Hommes étaient puissants ! Mais vous ! Vous êtes plus puissant que ces Hommes réunis ! Alors changeons les règles de ce jeu ! Moi je dis que mon pouvoir ! Devrait être votre pouvoir ! Ce soir ! Nous utiliserons tous nos capacités magiques pour une seule cause ! Cette cause va changer notre Destin ! A partir de maintenant ! Tous les Sorciers du monde deviendront des meneurs et des mages uniques ! Tous les enfants qui attendent d'avoir le pouvoir auront ce pouvoir ! Ceux qui seront soumis résisteront enfin ! Des Sorciers uniques chacun d'entre vous ! Faites un Choix ! Etre-vous prêt à être forts ? 

Bien sûr que je l’étais, certaine personne me bousculais pour fuir les responsabilités qu’ils ont envers le monde magique mais pas moi, moi je restais planté là à essayer de me donner du courage.

Sans crier gare, le professeur Eiwaz cria :
 

- Moi je le suis ! Et vous aussi à présent ! 

Une sphère de Crystal apparut et ce brisas, en éclaire la poudre se rependit sur toutes les personnes de l’assemblée.
 

Cette fois c’était sûr ! J’étais prête à sauver Poudlard une seconde fois ! Un sourire fendis mon visage et la dernière pensez que j’eu fus « cette nuit des têtes vont tombez mais pas celle de notre armé ! »
 

_________________
Teodora Lawrence
6éme année
Préfète
Poursuiveuse de l'équipe de Quidditch de Serdaigle
Serdaigle.

« À tous ceux qui pénètrent dans cet endroit enchanté — bienvenue. […] Ici, les anciens revivent les souvenirs plaisants du passé et ici, les jeunes peuvent goûter aux défis et aux promesses du futur. […] avec l'espoir d'être une source de joie et d'inspiration pour le monde entier ».

Ici, vous quittez le moment présent et entrez dans le monde d’hier, de demain et de l'imaginaire

- Walter E. Disney, 17 juillet 1955.


Revenir en haut
Alexander Castellan
DIRECTEUR DE MAISON

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 144
Localisation: Là où me porte mon coeur
Masculin
Maison: Serdaigle
Baguette: Sirius Black
Balais: Eclair de Feu
Gallions: 13700
Patronus: Chouette
Animal: Loup
Grade: Ordre de la Salamendre, Professeur d'Arimanthie

MessagePosté le: Mar 9 Sep - 14:56 (2014)    Sujet du message: Le Sang des Héritiers Répondre en citant

Trois semaines. Trois semaines qu'ils étaient revenus d'Egypte. Trois semaines qu'ils avaient sauvés Nelson et qu'ils se préparaient à combattre les armées de Lord Melkor. Alexander était en train de se diriger vers la forêt interdite, massant inconsciemment son épaule droite. Sa blessure avait été soignée par Derek Darwin, peu après son retour des terres Egyptiennes. Et ne le faisait plus souffrir – d'autant que les facultés de guérison de l'Alpha étaient bien plus développées que celles d'un sorcier normal. Ca n'avait pas empêché Lex de passer souvent sa main sur cette épaule au cours des trois dernières semaines, comme pour se rappeler inconsciemment les dangers de la bataille à venir. Son esprit tourné vers les décisions qu'ils avaient eut à prendre, comme la reconstitution de l'AD sous la tutelle des préfètes en chef des Serpentards ou la participation des élèves qui le souhaitaient à la bataille à venir.
Alexander n'entendit pas immédiatement l'alarme signalant l'approche des troupes de Melkor, son esprit prenant quelques secondes pour lui faire comprendre quel était ce son qu'il entendait. Il avait donné rendez-vous à tous les Lycans à un endroit précis de la forêt interdite et il courut donc dans cette direction sans plus attendre, soucieux d'arriver aussi vite que possible. Les divers Lycans furent rapidement tous rassemblés et, sans attendre, Lex se lança dans son discours, son regard se posant sur chacun des métamorphes présents devant lui.


- Le moment est venu. Melkor arrive avec son armée. Nous avons juré de protéger Poudlard contre la menace que représente cet homme et ses forces. Rappelez-vous que nous sommes ici pour défendre Poudlard et ses habitants. Et laissez vos plus bas instincts animal se déchaîner à l'encontre de ces envahisseurs. Personne n'envahira notre territoire. Aussi longtemps que nous vivrons. En avant !


Et ils partirent tous en courant en direction du château. Alex passa un moment à regarder parmi la meute, cherchant une personne en particulier. Il la trouva personne et se hâta en direction d'Evan, posant une main sur son épaule, pour l'arrêter et lui signaler qu'il voulait lui parler. Les émotions se bousculaient dans l'esprit d'Alex, il était grisé par l'excitation de la bataille à venir – son côté Loup sans doute – et aussi énervé que Melkor ose s'attaquer à sa maison. Non, enragé qu'il ose faire cela. Mais aussi inquiet, pour ses élèves comme pour sa famille lupine. Et depuis qu'il était venu vivre avec lui, Evan était devenu en quelque sorte le fils d'Alex – qui ne s'était d'ailleurs pas privé de l'entraîner personnellement au combat, ou du moins, de le faire progresser dans ce domaine.


- Fais attention à toi, je ne veux pas qu'il t'arrive quoique ce soit.


Lex serra doucement l'épaule du jeune homme et lui adressa un regard rassurant semblant vouloir dire « ça va bien se passer ». Il avait un peu de mal à savoir comment se comporter avec le jeune homme, ne voulant pas lui donner l'impression de vouloir prendre la place de son père. Il voulait simplement qu'Evan sache qu'il s'inquiétait pour lui. Et qu'il serait là pour le soutenir. Toujours.
D'un signe, il fit signe à son élève et partit rejoindre les autres dans la cours du château, il mit les Loups en rangs, chacun se positionnant à sa place sans broncher et finalement, se plaça devant eux, attendant simplement que Nelson arrive en observant les ennemis avancer. Ils semblaient avancer de manière militaire. Et la peur et le doute commençaient à s'insinuer dans de nombreux esprits. Et il y eut quelques défection. Si le côté humain d'Alex les comprenait parfaitement, son côté Lycan les méprisait pour tant de lâcheté. Poudlard était leur maison. Poudlard était le lieu où tous les sorciers y ayant fait leurs études s'étaient sentis chez eux. Et si l'on ne se battait pas pour défendre son foyer, son territoire, pourquoi se battre ?
Alex secoua la tête doucement et soupira, observant Nelson avancer puis prendre la parole :


- Nous voila revenue au choix que nous avons parler ! Imaginez vous ! Que vous avez ce pouvoir ! Maintenant ! A chaque génération ! Un Sorcier plus puissant que tout le monde gouverne sur le monde ! Parce qu'une bande de types qu'ils sont morts depuis des milliers d'années ! On fixait les règles du jeu ! Ces Hommes étaient puissants ! Mais vous ! Vous êtes plus puissant que ces Hommes réunis ! Alors changeons les règles de ce jeu ! Moi je dis que mon pouvoir ! Devrait être votre pouvoir ! Ce soir ! Nous utiliserons tous nos capacités magiques pour une seule cause ! Cette cause va changer notre Destin ! A partir de maintenant ! Tous les Sorciers du monde deviendront des meneurs et des mages uniques ! Tout les enfants qui attendent d'avoir le pouvoir auront ce pouvoir ! Ceux qui seront soumis résisteront enfin ! Des Sorciers uniques chacun d'entre vous ! Faites un Choix ! Etre vous prêt à être forts ? 

Puis il hurla :

- Moi je le suis ! Et vous aussi à présent ! 



Il fit apparaître une sphère en cristal qui se brisa bientôt, répandant une poudre scintillante sur toutes les personnes de l'assemblée. Et des cris enthousiastes répondirent au discours. Beaucoup semblaient avoir été motivés par le discours du jeune Eiwaz.
Les Lycans se contentèrent d'un grognement bas, certains commençant à changer de formes, d'autres totalement transformés. Quand à Alex, il serrait sa baguette dans sa main. Il se transformerait et se jetterais dans la bataille mais il mettrait également à profit ses talents de duelliste. Le combat allait pouvoir commencer. Et les ennemis seraient réduits en morceaux. Personne n'attaquait Poudlard et s'en sortait à bon compte.
_________________
Lire c'est s'évader de notre cage, écrire c'est la transformer en jardin



Revenir en haut
Alice Pendragon
GRYFFONDOR

Hors ligne

Inscrit le: 14 Juin 2012
Messages: 227
Localisation: Londres/Poudlard
Féminin
Maison: Gryffondor
Baguette: Sirius Black
Gallions: 370
Patronus: Fouine des neiges
Animal: Furet
Grade: Sixième année

MessagePosté le: Mar 9 Sep - 15:02 (2014)    Sujet du message: Le Sang des Héritiers Répondre en citant

Cela faisait environ trois semaines que Mey Pendragon, cousine propre d'Alice Pendragon, avait refait surface au château de Poudlard. Elle n'avait pas beaucoup eu l'occasion de la voir, car elle semblait un peu préoccuper et l'esprit ailleurs. Néanmoins, Alice avait été des plus heureuse de la retrouver et Mey n'avait pas manqué de lui expliquer tout ce qu'il lui était arrivé. Et cela bien que le jeune femme n'évoque que les points les plus importants de sa mésaventure qui l'avait conduit jusqu'au cœur de la Secte Noire en Egypte. Alice sentait bien que Mey ne lui disait pas tout. Mais elle ne posa pas plus de question que cela. Mey devait avoir de bonne raison pour ne pas en dire davantage, car cette dernière, bien que ravie de son retour au château, semblait avoir le cœur lourd. Songeant à tout cela, la jeune Alice eut envie de lui faire plaisir et de tenter, par la même occasion, de lui changer un peu les idées. Après tout, toute cette histoire avait dût être des plus éprouvante pour elle.
C'est donc rapidement qu'elle se rendait dans son dortoir à la Tour des Gryffondor pour y récupérer le petit paquet cadeau qu'elle avait préparé à l'attention de Mey et la demi douzaine de bonbons qu'elle avait acheté en masse chez Honeydukes. Elle savait que comme beaucoup de sorcier et sorcière de son monde, que Mey adorait les bonbons d'Honeydukes et qu'elle raffolait tout particulièrement des dragées de bertie crochue. Les surprise, elle avait toujours aimé ça ! Du moins lorsqu'elles étaient bonnes ! Vérifiant une dernière fois que rien ne manqué elle tourna les talons et entrepris de se rendre dans les appartements de Mey ou elle était quasi certaine de l'y retrouver, car depuis son retour Mey ne sortait pas beaucoup sauf pour assister aux nombreux conseilles de guerre qui avaient eu lieu au château depuis ces trois dernières semaines. Mais alors qu'Alice déambulait dans les couloirs de l'école le tintement d'une sonnette lui parvient jusqu'au oreille. *Oh non !* Songeait elle avec gravité. Elle savait comme tout le monde en ces lieux que cette sonnette ne présageait rien de bon, car il s'agissait d'une sonnette d'alarme et celle-ci retentissait donc qu'en cas d'extrême urgence ! La jeune Pendragon savait qu'une guerre se préparer. Et cela depuis un long moment déjà mais depuis ces trois semaines tout le monde était sur le pied de guerre, car tous savait qu'un affrontement entre les forces du bien et celle du mal serait pour très bientôt. Et visiblement le moment tant redouté était entrain de se produire. Alice se saisi un court instant, que devait elle faire exactement ? C'est alors qu'elle croisa un peu plus loin une bande d'élève de Gryffondor et Poufsouffle, ils devaient être en en septième année. Ils avancèrent vers elle au pas de course et arrivé pile à sa hauteur l'un d'eux lui adressa quelques mots :


- Le Professeur Cesarius souhaite que tout le monde gagne la grande cour au plus vite et en tenu de combat de préférence. Puis le jeune garçons reprit sa course. 


Alice acquiesça d'un simple signe de tête un peu abasourdie. Mais elle reprit très vite ses esprits et tournant de nouveau les talons en sens inverse pour regagner son dortoir, poser les présents qu'elle n'avait point eu le temps d'offrir à sa cousine et alla illico presto se changer. Elle ouvrit à la volé sa valise et sorti sa tenue de combat. Une tenue qu'avait fourni l'école et dont elle aurait espérait ne plus jamais revêtir. La dernière guerre avait fait beaucoup de perte et elle redoutait plus que tout une nouvelle hécatombe. Elle enfila cependant sa tenue au plus et sans broncher avant de rejoindre en courant les rangs dans la grande cours comme cela lui avait été demandé. Elle fut l'une des première arrivé, car tous devait être entrain de se changer et/ou entrain de rassembler leur courage pour cette nuit. Mais cela ne leur pris pas énormément de temps et peu à peu la cours se remplissait d'élèves, de Professeurs et de Salamandriens qui allèrent se poster à l'avant de la cour sur une estrade pour faire face à tous les autres. Dans cette cours se trouvait également des parents d'élèves dont le père d'Alice, Aldar, des habitants de Pré-au-Lard, des lycanthropes, des vampires, dont son amour Nolhan et bien d'autres personnes toutes prêtes à combattre le mal qui approchait à grand pas. Alice eut soudain la boule ventre, traduisant à la fois son angoisse et toute l'émotion qu'elle pouvait ressentir en voyant autant de monde près à aider et secourir leur école et aussi leur propre monde. Mais certains semblait tout de même manquer à l'appel, mais personne ici présent ne pourrait en vouloir à ces gens là absent en cette heure décisif. La peur de mourir était tout à fait compréhensif, tout le monde le ressentait et avait pu le ressentir au moins un fois dans sa vie. D'ailleurs, ici, tout était calme. Le silence était roi en cette cours emplis de monde.


Les yeux d'Alice étaient rivées sur Nolhan et tantôt sur tous les autres dont sa cousine Mey et son cousin Sylvius qui se trouvaient tous deux sur l'estrade avec les autres Professeurs et chefs. Son père, Aldar devait se trouver là quelque part dans la foule, très probablement entrain de chercher avec angoisse sa fille chérie et ses deux autres fils qui se trouvaient là eux aussi. Mais une personne manqué encore. Nelson Eiwaz. Il devait encore être dans ses appartements entrain de se préparer au pire. Mais celui-ci ne se fit point désirer trop longtemps et arriva dans la grande cours avec l'étoffe d'un grand leader. Il traversa silencieusement la foule et alla rejoindre ses confrères et amis au sommet de l'estrade puis il fit face à l'assemblé. Il l’observa un court instant avant de finalement se décider à prendre la parole.


- Nous voila revenue au choix que nous avons parler ! Imaginez vous ! Que vous avez ce pouvoir ! Maintenant ! A chaque génération ! Un Sorcier plus puissant que tout le monde gouverne sur le monde ! Parce qu'une bande de types qu'ils sont morts depuis des milliers d'années ! On fixait les règles du jeu ! Ces Hommes étaient puissants ! Mais vous ! Vous êtes plus puissant que ces Hommes réunis ! Alors changeons les règles de ce jeu ! Moi je dis que mon pouvoir ! Devrait être votre pouvoir ! Ce soir ! Nous utiliserons tous nos capacités magiques pour une seule cause ! Cette cause va changer notre Destin ! A partir de maintenant ! Tous les Sorciers du monde deviendront des meneurs et des mages uniques ! Tout les enfants qui attendent d'avoir le pouvoir auront ce pouvoir ! Ceux qui seront soumis résisteront enfin ! Des Sorciers uniques chacun d'entre vous ! Faites un Choix ! Etre vous prêt à être forts ? 

Puis il hurla : 

- Moi je le suis ! Et vous aussi à présent !


Nelson Eiwaz, ancien Directeur du château, lança à la fin de son discourt emplis d’entrain une sphère qu'il fit se briser sur l'ensemble de la foule avec l'aide de sa baguette magique. Et d'un coup Alice eut l'impression que son courage l’amplifia comme par magie et cela devait en être, oui. Elle sortit de sa poche intérieur sa propre baguette qu'elle leva en l'air tout en poussant un cris de guerre haut et fort. Un cris qui se mêla à celui des autres pour n'en faire qu'un.


Revenir en haut
Lord Melkor
LA SECTE NOIRE

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 70
Localisation: Dans la cité des morts
Masculin
Maison: Secte noire
Baguette: Voldemort
Balais: Eclair de Feu
Gallions: 99999999999999999999
Patronus: Epouvantards

MessagePosté le: Mar 9 Sep - 18:16 (2014)    Sujet du message: Le Sang des Héritiers Répondre en citant

Trois semaines !!!! Oui vous avez bien entendu, trois semaines que l’un de mes ennemis avait échappé à la vigilance de feu mes gardes. Je dis FEUX car les pauvres ne sont plus, oui ils ont eu un malencontreux accidents après la fuite de Neslon Eiwaz, ils ont rencontrés un de mes sortilèges de mort. J'étais dans une telle rage que je les avais purement et simplement tué sans autre forme de procès et puis pourquoi faire et surtout pour quoi dire ??? Ils allaient se défendre maladroitement et le résultat était toujours le même pour qui décevait Lord Melkor.

Mais pourquoi trois semaines ?? Car c'est le temps qu'il a fallu à mes sbires pour retrouver sa trace, et deviner où ce gamin est allé se cacher : A Poudlrad dans les jupes de son ami Sylvius Césarius. En même temps, deux couards ensemble, cela me failitera la tâche car cette fois si la messe est dite : nous allons éradiquer une bonne fois pour toute la salamandre. Je dois dire ailleurs que je suis assez fier de moi et de mon plan car comme je l'avais prévu, tous mes ennemis sont maintenant réunis en un seul lieu ! Ce qui vous en conviendrez sera beaucoup plus facile pour les détruite.

J'étais donc là à attendre que mes alliés de circonstance me rejoignent. J'avais l'impression que cela faisait une éternité que j'attendais ce moment mais à bien y réfléchir cela faisait une éternité que j'attendais de pourvoir dominer le monde et s'il n'était ces petits cailloux dans ma chaussure, ce serait déjà chose faite. J'entendis un bruit derrière moi et la grande porte s'ouvrit. Algard mon fidèle serviteur venait d'en franchir le pas.
- Maître ! Ils sont là.
- J'arrive.
Je pris mon pas le plus rapide et sortait de mon antre puis enfilais les escaliers qui remontaient à l'air libre. Après avoir passé d'autres salles et repris des couloirs, je débouchais dehors à mi pente de la pyramide. Je pouvais ainsi contempler l'armée qui allait m'accompagner. D'un rapide coupe d’œil j'évaluais mes troupes.

L'aile droite était occupé par les loups garou, les vampires et les araignées, toutes les créatures de la nuit m'avait rejointes sauf un petit clan qui se faisait appeler la ligue de sang. Le centre était occupé par mes troupes humaines et en particulier Arya qui m'avait ramené à la vie et qui semblait plus qu'impatiente de partir à l'attaque. L'aile gauche, elle, était occupé par les derniers géants que la terre comptait, une petite 15 de dragons noirs, des gobelins et toutes sortes de créatures qui avait souffert du joug des sorciers et qui voyaient dans notre alliance un moyen de se venger et d'avoir une mailleurs place dans la future société que je voulais bâtir, après tout ne leur avais_je pas promis.

Je souris une nouvelle fois puis m’adressais à la foule
- SONORUS ! Mes chers compagnons, il est venu les temps de prendre le pouvoir. Nous avons œuvré dans l'ombre, attaqué et vaincu bien des périls pour en arriver à ce jour. Les préparatifs auront duré longtemps mais notre chef d'oeuvre arrive à son terme. Poudlard est seule, la plupart des repaires de la Salamandre sont détruits, Sylvius Césarius n'est plus que l'ombre de lui même, Dumstrang s'est joint à nous dis-je en saluant Jason, Beauxbatonx a été quasiment anéantie et surtout le ministre de la magie Anglaise n'est plus. La plupart des aurors sont morts et nous nous sommes si puissant.
La foule se mit à hurler de joie et de bravoure. Un son formidable emplissait le désert, Le lord sentait les pierres de la pyramides vibrer sous ses pieds. Il leva alors les bras afin de demander le silence.
- Nos ennemis nous attendent soyez en sûr alors je vais étendre sur vous tous une vielle magie qui vous mettra à l'abri du feu des dragon "Aqua, ignis, non timeo draconum". Pour le reste, je compte sur vos baguettes. Notre plan a été minutieutement préparé alors je vous demande de vous y tenir et surtout n'épargnez rien ni personne.
Une nouvelle clameur s’éleva du désert sous mes pieds. Je transplanais alors au côté d'Arya et lui prit la main.
- En route !!!!
Je transplanais automatiquement dans la forêt se trouvant proche du château de Poudlard, évidemment celui ci était protégé par des enchantements. Alors comme prévu, des petites équipes se séparèrent du gros des troupes et commencèrent à plasmonier de vieilles incantations. Le bouclier entourant le château commença alors à vaciller. Et dès que des petites ouvertures se firent jour, mes troupes s'y engagèrent et chargèrent ce qui ressemblait à un ramassis de piêtres guerriers.
 

_________________
Vivre ou mourir ? Alors meurt et tais toi !


Revenir en haut
Shona Godolphin
DIRECTEUR ADJOINT

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2012
Messages: 637
Localisation: france
Féminin
Maison: Gryffondor
Baguette: Hermione
Gallions: 52500
Patronus: dragon
En Couple avec: Angus Godolphin, son
Grade: Professeur de Soins aux Créatures Magiques, Directrice de Gryffondor

MessagePosté le: Mar 9 Sep - 23:54 (2014)    Sujet du message: Le Sang des Héritiers Répondre en citant

Cela faisait trois semaine que je ne reconnaissais plus mon chère Poudlard !! En fait, depuis le jour au Nelson était revenu parmi nous !!


Non seulement il était là, mais avec lui était arrivé tout les membres de la Salamandre, les vampire de la Ligue de sang et la meute des lycantes de la forêt interdite. Bref, cela faisait un sacré nombre de personnes en plus à loger dans le château où dans ses environs proches.


Et depuis, il n'y avait pas un jour sans qu'un conseil de guerre se tenait dans la salle des professeurs. J'y participais de temps en temps, quand les « chefs » prenaient la peine de m'y inviter. Généralement, je restais au fond de la salle, silencieuse, les écoutant élaborer leurs plans stratégique plus dément les uns que les autres. Si l’ennemi n'avait pas été ce maudit Valar, Melkor, j'y aurai adhéré avec joie. Mais de puis que j'avais discuté avec Aerendhil, l'alter ego de ma fille, je tremblais de peur. Melkior n'était pas un sorcier noir comme les autres, Voldemort l'était car il était humain. Melkir, non !! C'était un Valar,un être quasi mystique, plus puissant qu'un haut elfe, plus puissant que Merlin !! Et c'est ça que l'on devait combattre.


Pourtant que l'on m’ordonnera de me battre, je le ferai avec tout mon âme et tout mon cœur. Et même si mon esprit me disait que ce serai cause perdu, je me battrais pour la victoire et pour rien d'autre.


Un soir, alors que nous sortions d'une de ces énièmes réunions, Ashar vient me voir.


-Shona, je sais que votre famille ne se mêle pratiquement jamais des affaires du monde des sorciers. Mais là,au nom de tous,je vous demande expressément votre aide. Nous avons besoin des dragons, Shona,nous avons besoin des votre.


En me disant cela, je vis un tel désespoir dans son regard, que je compris que lui aussi pensait que nous nous battions pour une cause perdue.


-Je les ai déjà contacter, Ashar, Ma grand Mère Déborah se charge de réunir tout notre clan, même ceux qui se trouvent hors de Grande Bretagne. D'ici deux à trois jours,ils seront tous là. Cela vous rassure un peu.


Ashar, me fit un grand sourire, visiblement mes nouvelles le rassuraient.


-Seulement, je me demande comment vous allez intégré les dragons dans votre dispositif de défense. Continuais-je tranquillement. A mon avis, vous devriez les confier à Aérendhil, Lui serait comment les utiliser à meilleur dessin.


-Oui, j'y penserai. Mais on trouvera à vous utiliser au mieux de vos possibilités.


Puis Ashar fit demi tour et retourna rejoindre les autres chefs de notre communauté pour continuer à tirer des plans sur la comète.


Moi, je pris la direction de mes appartements où les miens m'attendais : Angus, Lili et mon petit Harrius. En ce temps de crise, j'étais heureuse de les avoir prêt de moi. Ils étaient mon point d'encrage dans ce monde de folie. Ave eux prêt de moi, je me sentais forte, presque invulnérable.


Arrivé chez moi,je trouvais toute ma petite famille réunit. Angus jouait par terre avec Harrius, pendant que Lili,assise à mon Bureau,était en train de faire ses devoirs. Faire ses devoirs !! falait vraiment qu'elle n'est rien d'autre à faire, ma pauvre puce !! au moins cela l'aidait à oublier la situation où nous nous trouvions. A mon entrée, elle leva la tête de ses parchemins et des ses livres .


-Alors,maman ?? La réunion était bonne ? Sais-tu comment on va combattre ? Me demanda-telle avec un calme incroyable.


Faut dire qu'à 16 ans, elle avait vu tellement de conflits, de batailles et d'horreurs que je me demandais comment elle avait réussit à rester aussi seine d'esprit.


-Oui et non, ils en sont toujours à discuter sur la meilleur façon de disposer nos troupes. Mais Achar a enfin décide de demander l'aide des dragons. Je lui ai répondu que j'avais déjà prévenu grand Mère Déborah. Je lui ai demandé de les mettre sous les ordre d'Aérendhil. Visiblement cela le perturbe, pour lui cela veux dire de les mettre directement sous tes ordre, ma chérie.


-Décidément,Ils ne comprennent toujours pas que lui et moi faisons deux !! répondit-elle en secouant la tête. Je les comprends pas, ils disposent d'une arme créer par les Valars contre Melkior et ils ne veulent toujours ps s'en servir !!


-Ne t'inquiète pas, ma puce, ton copain, le Dragon D'or, sera très bien quoi faire quand le moment sera venu. En attendant viendrais-tu m'aider à transformer mes salles de cours en logement décent pour la famille MacDuggal. Cela me serai d'une grande aide. Puis me tournant vers Angus qui n'avait encore pas dit un mot. Si tu veux nous accompagner toi aussi,ton aide serait la bien venue,mon amour.


-J'avais peur que tu me le demande pas. Me répondit-il en confiant Harrius à Vera, sa nourrice elfe de maison qui venait juste de rentrer.


Tout les trois, nous sortîmes pour préparer les logement de ma famille. En traversant le parc, nous croisâmes la meute de Lycantes qui traînait dans les parages. Certains étaient sous leur formes humaines, d'autres sous leurs forme animal. Mais tous en nous voyant, montrèrent les dents,ils devaient sentir les dragons en nous. J'en profitais pour aller voir leur Alfa, pour le prévenir de l'arrivée imminente des miens. Dans peu de temps, il y aurait bien plus de dragon que de loup-garou. Alors il devrait prévenir ses troupes, histoire de pas trop les affoler. Ce dernier me remercia de ma prévenance et dit qu'il ferrait le nécessaire au près des siens. Rassurer sur la cohabitation entre nos deux groupes, je rejoint Lili et Angus qui étaient déjà arrivés devant les locaux des soins aux créature magique. Ils étaient vide, Angus avait rapatrié tous les animaux chez nous à la garde de notre contre-maître Herkus, le centaure.


Rapidement nous nous mimes au travail. A l'aide de nos baguettes et de sorts appropriés, nous nettoyâmes les lieux, installâmes des lits pliant ainsi que des coins détentes et des coins repas. A la fin, nous regardâmes notre œuvre satisfait de notre travail. Ce n'était pas un palace,mais au moins nous avions rendu les lieux confortable.


Le soir même, les premiers membre si particulier de ma famille arrivèrent, heureux de trouver un point d’attache confortable. Pendant les jours qui suivirent, il en arriva de plus en plus, tant et si bien que la place vient à manquer ; Nous en fûmes réduit à monter des tentes. Enfin, Déborah, ma grand mère et notre chef de Clan, arriva avec sa garde rapprochée, mes sœurs et mes frère ainsi que quelque cousins et cousines qui vivaient avec elle à Édimbourg.


Aussitôt, Elle intégra le groupe des chef, au même titre que les autre chef de groupe pour ce mettre au travail et voir comment intégrer au mieux ses forces aillées.


Les jours continuaient à s'écouler dans une activité intense et une inquiétude grandissante. Et puis, ce que tout le monde attendait et redoutait se produisit  : La sirène d'alarme retentit !!
Aussitôt l'ordre nous fut donner de nous réunir en tenue de combat dans la cour du château. Pour nous qui allions nous battre sous la forme de dragon, nous n'avions pas besoin de tenus particulière. Se fut donc, vêtu de nos vêtements de tout les jours que nous allions prendre nos place attitré.


Nelson sortit du château et alla se poster sur une petite estrade de bois pour arranger nos forces :






-Nous voila revenue au choix que nous avons parler ! Imaginez vous ! Que vous avez ce pouvoir ! Maintenant ! A chaque génération ! Un Sorcier plus puissant que tout le monde gouverne sur le monde ! Parce qu'une bande de types qu'ils sont morts depuis des milliers d'années ! On fixait les règles du jeu ! Ces Hommes étaient puissants ! Mais vous ! Vous êtes plus puissant que ces Hommes réunis ! Alors changeons les règles de ce jeu ! Moi je dis que mon pouvoir ! Devrait être votre pouvoir ! Ce soir ! Nous utiliserons tous nos capacités magiques pour une seule cause ! Cette cause va changer notre Destin ! A partir de maintenant ! Tous les Sorciers du monde deviendront des meneurs et des mages uniques ! Tout les enfants qui attendent d'avoir le pouvoir auront ce pouvoir ! Ceux qui seront soumis résisteront enfin ! Des Sorciers uniques chacun d'entre vous ! Faites un Choix ! Etre vous prêt à être forts ? 


Ce fut un oui magistral qui lui répondit : Nous étions tous prêt à devenir fort !! Alors Nelson prit une boule en verre et la lança au dessus de nos tête puis la brisa d'un coup de sa baguette magique. Une Poudre sans échappa et retomba sur l'assistance. En touchant nos têtes,nous sentîmes nos force décuplée et notre morale remonter en flèche : Nous étions les défenseurs de la lumière et nous étions les plus fort !!


Alors dans un ensemble parfait, tout mon clan se transforma en dragon et prit son envole. Nous devions tenir les airs et prévenir des mouvements de l'ennemi. Un seul dragon resta au sol: Aerendhil. Personne n'avait osé donner d'ordre au vénérable dragon d'or. Alors il avait décidé de lui même de rester en arrière garde,près à intervenir là où on aurait le plus besoin d'aide.  
_________________
Méfiez vous de l'eau qui dore !!


Revenir en haut
Céline Chantress
DIRECTEUR DE MAISON

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2012
Messages: 707
Féminin
Maison: Poufsouffle
Baguette: Cho Chang
Balais: Nimbus 2001
Gallions: 25300
Patronus: Tigre Blanc
Animal: Hyppogriffe
Grade: Directeur de Poufsouffle, Professeur de métamorphose, Gérant/e d'Ollivander

MessagePosté le: Jeu 11 Sep - 20:23 (2014)    Sujet du message: Le Sang des Héritiers Répondre en citant

Bientôt trois semaines que nous étions rentré d'Egypte, trois semaine que nous avions compris que la bataille finale était à nos portes prete à frapper. Nelson avait guéri plus ou moins de ses blessures, et nous étions rentré à Poudlard. Mais compte tenu de la situation nous avions passé la plus part de notre temps ensemble, faisant des plans et des conseils de guerre. Nous avions fini par se mettre d'accord et nous avions fait appel à toutes personnes magique de notre côté.

J'avais ramené tout le personnel, les élèves et les parents d’élèves de Beauxbatons à Poudlard, tout d'abord car il n'y avait pas d'autre alternative car la secte noire avait saccager notre château mais après cela je leurs avaient tous demander si ils voulaient se battre avec nous pour que tout cela cesse enfin, la plus part avaient répondu par la positive mais quelques uns, peu nombreux heureusement, prirent les sous terrains pour aller se cacher je ne sais où. Bien sûr il y avait de quoi avoir peur et je les comprenais tout à fait de vouloir partir mais ce qu'ils ne comprenaient pas, eux, c'était que si Le Lord gagnait où qu'ils soient ils se feraient exterminé autant qu'ils sont.

J'étais en ce moment même dans une aile de château qu'on avait aménager exprès pour les personnes venant de France, je venais prendre de leurs nouvelles, m'assurer que tout allait bien et qu'ils faisaient bien leurs exercices physique et de combat car pour le moment c'était ce qu'il fallait faire en priorité. Je commençais à parler avec une des professeurs et amie à moi quand retenti un son que je n'aurais jamais plus voulu entendre, la sonnerie d'alarme.. ça allait commencer, je pris une grande respiration et me concentrais car à présent j'allais devoir me gérer et gérer surtout mes troupes de beauxbâtons et mes Poufsouffles.


- Mes chers amis et élèves, aujourd'hui est un jour historique, souhaitons que celui nous soit favorable au plus au point ! Beauxbâtons mettez vos habits de combat et suivez moi !!

Aussitôt dit, aussitôt fait ! Nous nous changeâmes magiquement. Pour ma part je mis mon pantalon noir, mon haut au couleurs de beauxbâtons, une cape à l'effigie de Poudlard ainsi qu'un foulard représentant Poufsouffle. Tout était fait pour que nous puissions nous déplacer au mieux. Je continuais ma marche jusqu'aux appartement des Poufsouffles et ils le savaient déjà tous aussi, la bataille allez avoir lieu aujourd'hui.
J'utilisais un Sonorus pour que toutes les années puisse m'entendre.


- Mes chers élèves de poufsouffle, préparez vous en vitesse, le moment est arrivé, un moment decisif va se passé et nous avons besoin de nous ! Rejoignez moi aussi vite que Possible !

Quelques secondes seulement plus tard, le commencement de mes élèves arrivèrent puis les autres et encore d'autres ! Les 7 année de Poufsouffle étaient regroupé, je me retournais et je vis alors Poufsouffle et Beauxbâtons ensemble ce qui faisait déjà un paquet de monde, et nous allions rejoindre encore plus de monde dans la cours du château.

- Mes amis, allons y !

Nous avancions comme une vrai armée, dans les couloirs nous vîmes les autres maisons, et des parents d’élèves ou même des habitants des alentours se joindre à nous. Nous arrivions dans la cours du château ou se trouvait déjà un monde fou ! Dans un coin je vis les Lycans, je cherchais mon frères dans leurs rangs et fut étonné de le voir si près des premières lignes avec son jeune âge... mais bon il était expérimenté.. d'un autre côté les vampires, et en plein milieu les autres maisons, les professeurs et parents d’élèves.
Je surpris mes élèves la tête en l'air, suivant leurs mouvement je vis toute l'armée de dragon mené par la grand ma Gondolphin, quand à Aerendhil il était dans nos rang au sol pour le moment.

Je laissais alors mes troupes et me positionna avec les autres DDM et chef de bataillons sur une grande estrade, la vue sur le monde fut de plus impressionnante. J'étais un peu angoissé mais d'un côté il fallait passé par là pour y arrivé, nous allions redonné au monde l'espoir qu'il qu'ils ont perdu.
Je regardais près de moi, en espérant voir Asher .. mais il n'était pas encore revenu de son grand voyage.. Nelson arrivait d'un pas décidé tel un grand chef de guerre, vêtu de son habit de combat il monta lui aussi sur l'estrade et se positionna au milieu bien en vu de tous.


-Nous voila revenue au choix que nous avons parler ! Imaginez vous ! Que vous avez ce pouvoir ! Maintenant ! A chaque génération ! Un Sorcier plus puissant que tout le monde gouverne sur le monde ! Parce qu'une bande de types qu'ils sont morts depuis des milliers d'années ! On fixait les règles du jeu ! Ces Hommes étaient puissants ! Mais vous ! Vous êtes plus puissant que ces Hommes réunis ! Alors changeons les règles de ce jeu ! Moi je dis que mon pouvoir ! Devrait être votre pouvoir ! Ce soir ! Nous utiliserons tous nos capacités magiques pour une seule cause ! Cette cause va changer notre Destin ! A partir de maintenant ! Tous les Sorciers du monde deviendront des meneurs et des mages uniques ! Tout les enfants qui attendent d'avoir le pouvoir auront ce pouvoir ! Ceux qui seront soumis résisteront enfin ! Des Sorciers uniques chacun d'entre vous ! Faites un Choix ! Etre vous prêt à être forts ?

Il savait vraiment comment donné du peps et de la hargne aux troupes, avec ces mots je me sentais motivé et prête à donner tout ce que je pouvais ! Nous allons gagné et nous allons montrer à ce Lord notre puissance !
Je décida de mêler ma voix à tout les autres pour exprimer tout ce que je ressentais.

Nelson envoya alors une sphère qui éclata au dessus de nos tête, ce qui fait qu’accroître notre hargne. C’était parti, nous allons décider maintenant de l'avenir du monde magique.


- Je t'aime Liam, dis-je à mon frère par mon esprit. ça sera peut être la dernière fois que je lui dirais de tel mots.

_________________


Revenir en haut
Malory Olianov
SERDAIGLE

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2012
Messages: 1 330
Localisation: Poudlard
Féminin
Maison: Serdaigle
Baguette: Hermione
Balais: Nimbus 2001
Gallions: 10077
Patronus: Cheval
Grade: Sixième année

MessagePosté le: Ven 12 Sep - 23:12 (2014)    Sujet du message: Le Sang des Héritiers Répondre en citant

 
Assise dans la Grande Salle, la tête dans les bras, le visage caché, je restais là, silencieuse, morne mais tout de même en pleine réflexion. Le château avait été jusque là dans un semblant de calme, de plénitude ; alors même que le monde magique était ébranlé par la nouvelle menace qui avait vu le jour : Lord Melkor. Un nouveau lord avec le fameux Lord Voldemort que tout le monde craignait, la Salamandre, une nouvelle ombre et la peur qui s’était de nouveau installée et figée dans le cœur des sorciers du monde. Une question revenait sans cesse. Est-ce que le monde magique connaîtra un jour, la paix absolue ou du moins relative, minimum pendant une année Au moins. Une misérable et petite année. Quelle génération aura le privilège de trouver un semblant de calme. Pas la mienne en tout cas, je devais faire face à la réalité et la réalité était crue : une guerre se préparait ! Des personnes allaient mourir, des cris allaient être poussés par d’innombrables jeunes gens et adultes. Si ce n’était que la première guerre cela aurait été innovant mais, j’allais participer à la deuxième guerre de ma vie. La deuxième fois que j’allais risquer ma vie pour sauver le monde dans lequel je vivais. Deux fois que je participais à cette « expérience » forte et traumatisante dans la vie d’une enfant et adolescente aujourd’hui. Je demande la paix mais je ne la connais pas. Je ne sais pas ce que s’est, je ne sais pas ce que ça veut dire dans ma réalité existentielle. Les livres en parlent bien mais comment la reconnaître quant on ne l’a jamais vécu ? Qu’est-ce que ça faisait de ne pas se préparer et d’apprendre de nouvelles choses dans l’optique d’une nouvelle guerre, dans l’optique de rester en vie afin d’avoir une vraie vie ? Je ne savais même pas si j’en voulais, je ne connaissais que ça, depuis mon enfance, les guerres et les Forces du Mal avaient guidé et construit ma vie depuis ma naissance alors qu’est-ce que c’était ? Je me le demandais bien. De toute façon, le Bien n’existe pas sans le Mal alors, on avait besoin du Mal, de l’opposé. Sur cette idée pleine de cynisme et d’écrasante vérité, je relevais ma tête lentement et je regardais devant moi.


La Grande Salle était bondé de monde, de peuple et de race plus différentes les unes que les autres. Je n’avais jamais vu ce phénomène et encore moins au château. Tout avait commencé avec un évènement de la plus haute importance. C’était il y a trois semaines. Nelson Eiwaz, l’un des sorciers le plus puissant avait été délivré des forces du mal, de la Secte Noire, gangrène du monde magique. Elle repoussait et avançait inexorablement pour essayer de vous manger tous ce qu’elle pouvait, tout ce qu’elle trouvait sur son passage. L’équipe qui était partie le chercher avait réussi et l’avait ramené au monde magique. C’était lui à chaque fois qui nous menait au combat, cela ne devait pas changer tant qu’il sera là. La terreur avait assez vécu, avait pris assez de place dans notre monde. Les grands de ce monde s’étaient mis d’accord sur le fait qu’il était grand temps d’y mettre un terme définitif mais cela signifiait des alliances, des combats et des morts encore une fois. J’avais encore le goût amer de la guerre contre la salamandre au fond de la gorge alors que cela faisait déjà un peu plus d’une année qu’elle avait eu lieu. Mon corps était en forme pour ce combat mais ma tête, elle, était écoeurée. Ce sauvetage avait donné lieu à des dispositions qui ne s’étaient encore jamais vu dans l’histoire de la magie et de Poudlard. Nelson Eiwaz avait ordonné le déplacement du QG de la Salamandre au château. On voyait dans les couloirs, le parc et dans les salles, des mercenaires de la Salamandre avec ses différents chefs selon les pays. Je ne m’en étais pas aperçu jusque là mais le nombre de mercenaires de la Salamandre n’était pas du tout à négliger, je trouvais même qu’ils étaient vraiment très nombreux, à chaque fois qu’il en venait de tous les pays : Russie, Canada, France, Allemagne, Chine, Japon, Espagne et bien sûr Royaume-Unis. Nous étions vraiment partout et je prenais la pleine mesure de cette importance. Je nous pensais seuls et avec peu d’alliés et de combattants. Cela changeait la donne pour moi et pour beaucoup d’entre nous à Poudlard. Cependant, si certains avaient vu là un moyen de ne pas combattre, ça a été la douche glacée. Les adultes attendaient notre participation aux combats et cela de façon active et sûre. Les élèves allaient combattre aux côtés des mercenaires. Mais pas que !!...Le château n’abritait pas que les membres de la Salamandre. En effet, les lycans avaient été appelé à rejoindre le château et les rangs avec nous. Cela n’avait pas posé de soucis majeur puisque tout le monde savait maintenant que notre cher professeur de sortilèges et enchantements mais aussi pour les bleus et argent, notre directeur de maison était lui-même un lycan, et s’il vous plaît, pas n’importe quel lycan, le chef de la meute. On côtoyait donc les loups-garous comme les jeunes les appelaient de façon un peu vulgaire. A cette annonce, j’avais essayé de rassurer Dany sur sa sécurité dû fait de sa phobie légendaire pour ces créatures de la nuit, ce qui m’a d’ailleurs voulu un petit accrochage avec un de mes camarades de maison Evan et une cicatrice à ce dernier. Vous allez me dire, maintenant, lorsqu’il était en lycan, tout le monde savait que c’était lui. J’en plaisantais mais à chaque fois que je voyais ce que je lui avais fait et ce que j’aurais pu lui faire, je me mordais l’intérieur de la joue pour ne pas grimacer et me devenir rageuse. J’étais un vrai danger public et que se soit de jour comme de nuit. Un cas à part et je le savais et le sentais très bien, surtout que je n’avais pas encore réussi à trouver le moyen de me débarrasser et me libérer de Desya qui était toujours en moi et qui me faisait devenir plus dangereuse que je ne l’étais déjà à l’origine, aggravant ma « malédiction » de malheur que je commençais à détester alors que je commençais à m’y faire. Ensuite, comme autres créatures venus d’ailleurs, nous avons les vampires qui sont également à Poudlard pour nous prêter main forte. Ils étaient pour la plupart très civilisé et personne n’a servi encore de petit déjeuner ou d’encas. Tout ce petit monde arrivait à coexister ensemble et à travailler et s’organiser en un seul bloc compact et solide mais surtout solidaire. Tout cela ne faisait que prouver que les différences n’éloignaient pas les gens obligatoirement, ça peut devenir un avantage. Et moi en simple élève tout ce que je voyais c’est qu’on était des personnes tous différentes en pouvoir, en nature, en aptitudes et que cela nous donnait un gros avantage. Nos techniques de combats se complétaient forcément et donc étaient plus efficaces dans le choc et l’efficacité et nous permettait de faire des plans de combats très large. En dehors de cela, Poudlard n’était pas la seule école, oui car c’est bien de parler des créatures surnaturelles mais les simples élèves ne servent pas que de bouclier ou de pigeons et nous ne serons pas seuls, nous élèves de Poudlard car l’école de Beauxbâtons est également venue nous rejoindre. Etant des deux écoles depuis quelques semaines, ça m’évitait d’en abandonner  une.


Les jours se succédaient en Grand Conseil de guerre même si peu de personnes étaient conviés (personne sauf les chefs) nous savions tous où et quand ils se déroulaient. J’avais essayé un jour d’écouter par curiosité ce qui se disait mais les chefs avaient tous fait pour protéger leurs propos par de multiples sorts ce qui fait que je n’ai réussi à ne rien entendre et je n’ai pas pris le risque de jeter des sorts pour faire une brèche. J’avais beau être curieuse et fouineuse, je savais que ce qui se disait en si grand secret était de la plus grande importance et que si moi, je voulais entendre, je ne devais pas être la seule et des espions pouvaient être là, dans le château pour savoir aussi et ça ne ferait pas la même chose. Curieuse mais pas idiote alors, je m’asseyais toujours, pas loin de la porte et attendait que le Conseil se termine, que les chefs sortent et j’examinais leurs têtes pour voir si c’était bon ou mauvais. Et bien, ça dépend des jours mais dans l’ensemble, il semblait y avoir de bonnes chances et des plans d’attaques. C’était d’ailleurs lors de l’un de ces conseils qu’ils avaient discuté de notre sort pour le combat. La grande question avait été « Faire participer des enfants ou pas ? ». Comme je l’ai dit : Nelson Eiwaz et Sylvius Césarius avaient gain de cause, nous allions participer. Les élèves s’entraînaient dorénavant tous les jours avec l’AD. AD qui n’était plus quelque chose de secret pour tout le monde. Chacun se devait d’assister aux entraînements afin de s’améliorer et de se spécialiser en quelque chose. Cela se faisait sous l’égide de deux serpentarde : Elena Chase et Layna Lewis, deux amis serpent. Je soufflais un bon coup. Puis, la colère me vint sans raison. C’était l’indicateur pour me dire que Desya avait pris le dessus sur mon âme véritable et que je n’étais plus là. Je me levais d’un bond et attira mon balai par un « Accio ». Il apparut rapidement et je l’enfourchais et me dirigeais vers le terrain de Quidditch qui était désert par je ne sais quel hasard. Ce n’est qu’en réfléchissant que je compris, que je ne devrais pas être ici, sur mon balai, mais à l’AD justement. Tant pis, je ne pouvais pas y aller en « mode Desya », ça serait beaucoup trop suicidaire pour les autres. Je fis comprendre, grâce à mon tatouage que j’avais gardé sur mon avant bras, à Lena que je ne viendrais pas à cause de mon humeur. Je me mis donc, débarrasser de ce soucis, à voler comme jamais. La vitesse calma quelque peu les pouvoirs de Desya, une de mes ancêtres vengeresse.


Alors que je volais, le vent fouettant mon visage, je pensais aux autres évènements depuis ces trois dernières semaines. Beaucoup de monde était partie en vadrouille comme on pourrait le dire. J’avais entendu qu’Harry était partit chez les Gobelins avec Noah Alniott. Je ne savais pas pourquoi ces deux-là mais il devait bien avoir une raison même si j’aimerais bien la savoir ; et puis aller chez les Gobelins c’était une chance (même dans ce contexte là). J’avais réussi à entendre des brides de conversations sur une épée ultime que seul les Gobelins pourraient faire, ce qui en passant ne m’étonne pas vu leur art manuel comme j’avais pu le constater en visite de Gringotts avec Madame Godolphin. Qu’est-ce que cette épée aurait de spéciale ?? Aucune idée même dans les livres de la bibliothèque. Etre loin de tout le chahut des couloirs du château cela faisait vraiment du bien. Les couloirs et le parc étaient inondés de monde, d’affaires, de malles, d’équipements de toutes sortes et un éternel bruit sourd peuplé Poudlard. Dans les airs, là, tout était à la normal même si je percevais de la tension dans l’air comme dirais les moldus mais à cet instant c’était plus que réel et véridique comme si les éléments savaient qu’il se préparait quelque chose, qu’un évènement important et fatidique pour le monde magique allait bientôt éclater et que l’avenir dépendait de CE moment et de nous, pauvres sorciers que nous sommes, pauvres humains que nous sommes. Poudlard avait beau être un lieu où l’on ressentait la sécurité, la protection comme une sorte de cocon, cela n’empêche pas que la situation était critique en tout point et que la grande famille que nous étions été en péril. Certains comme les parents d’élèves étaient venus se réfugier au château comme s’il appartenait à un monde à part, à la troisième dimension, à l’endroit ultime où les ombres noires de Lord Melkor ne pourront nous atteindre. Foutaises et niaiseries que tout cela. POudlard sera à la première loge du conflit, à la première loge des massacres. On allait s’entretuer.

 
Alors que j’étais en train de voler pour me détendre, j’entendis de manière soudaine, une alarme retentit. Etrange oui mais une nouveauté de la part de Nelson Eiwaz en cas de guerre justement. Je vis la masse de monde se regrouper pour s’enfoncer dans les murs et les profondeurs du château. Le moment était venu d’affronter notre destin et de défendre notre liberté et notre vie. Mais là, le moment était venu de se préparer à affronter la dure réalité et pour cela de se vêtir comme il se devait et selon la norme faite par l’école. Fini la promenade de santé. Je descendis et par les aptitudes de Desya, je me vêtis magiquement et sans appeler ma tenue, juste par la pensée. Pour cela, avoir une âme noire en soi donnait quelques aptitudes supplémentaires non négligeables surtout quand il y avait bataille. Il restait à voir si j’allais pouvoir la contrôler ou rester maître de moi-même durant la bataille et ne pas me retourner contre mon camp. Je suivis en marchant, sans paniquer la masse grouillante de monde qui hurlait et paniquait en courant dans tous les sens qui était possible d’aller. Même entraîner et préparé, les gens n’étaient JAMAIS prêts à mourir ou se battre. Bientôt, on entendit, sans doute grâce à un ‘sonorus’ Sylvius Césarius et Serverus Killian nous ordonner de nous réunir dans la cour et d’être en tenue de combat. Je m’y dirigeais déjà prête et cherchant les visages connues dans cette masse de visage. Je n’en repérais pas encore mais ne paniquais pas le moins du monde. L’heure était grave. Le soir n’était pas encore tombé mais il allait se pointer. Je dirais qu’il était presque l’heure du repas. C’était ironique de voir que l’on se baisait sur les heures de repas dans un moment pareil. On se rangea tous de manière militaire comme si nous étions une armée professionnelle, après tout avec le nombre de combat que l’on faisait par an, ça pouvait se discuter sérieusement. Les adultes et les « chefs » étaient placés devant et attendaient, tout comme nous, la venue du dernier : Nelson Eiwaz qui finit par pointer le bout de son nez, tout équipé. Sur son passage, on parla, on chuchota et on le regarda jusqu’à ce qu’il s’arrête. Beaucoup le prenait  pour modèle et pour protection. Ça se voyait et se sentait.


Les vampires ont pris ce moment pour arriver comme dans un seul bloc et se placèrent à notre gauche. Il y en avait pas mal. Un grand nombre à vrai dire. Je les observais par curiosité et je remarquais mon infirmier préféré et attitré comme je disais souvent et mon professeur d’histoire qui allèrent se placer devant. Les lycans arrivèrent à leur tour et se placèrent également. Mon DDM rejoignit les chefs lui aussi. Je soufflais un coup. C’était fou de se dire que les personnes que l’on avait côtoyer durant des années pouvaient mourir ce soir et qu’on ne les reverra pas, que les choses ne seraient plus pareille et je repensais alors à toutes les connaissances que j’avais faites entre ces murs et dans le parc comme un film que l’on déroule.
 
 Tout était calme ce qui était propice aux évènements solennels. Puis une bousculade et un cri retentit, brisant le calme et la mise en main et en situation de tout le monde.

" Vous n'avez pas l'épée en main ! On est foutue ! "

On le regarda tous sans rien dire, sans bouger et ne laissant pas nos rangs et nos places. Pathétique que cela vienne d’un adulte alors que des enfants et des adolescents restaient à leurs places même si la peur ou la terreur se lisaient sur leurs visages tordus en des grimaces divers. Nelson dit alors d'une voix haute, forte et d'un ton calme.


" Nous voila revenue au choix que nous avons parler ! "

Levant le bras avec les doigt écarter, en direction des élèves :

" Imaginez vous ! Que vous avez ce pouvoir ! Maintenant ! "

Marquant une pose, l'ancien Directeur reprit :

" A chaque génération ! Un Sorcier plus puissant que tout le monde gouverne sur le monde ! Parce qu'une bande de types qu'ils sont morts depuis des milliers d'années ! On fixait les règles du jeu ! Ces Hommes étaient puissants ! "

Les pointant de nouveau mais cette fois-ci du doigt :

" Mais vous ! Vous êtes plus puissant que ces Hommes réunis ! Alors changeons les règles de ce jeu ! Moi je dis que mon pouvoir ! Devrait être votre pouvoir ! Ce soir ! Nous utiliserons tous nos capacités magiques pour une seule cause ! Cette cause va changer notre Destin ! "

Haussant le ton au point de crier, Nelson voulait nous booster :

" A partir de maintenant ! Tous les Sorciers du monde deviendront des meneurs et des mages uniques ! Tout les enfants qui attendent d'avoir le pouvoir auront ce pouvoir ! Ceux qui seront soumis résisteront enfin ! Des Sorciers uniques chacun d'entre vous ! "

Marquant une pause et nous regardant tous dans les yeux, il termina quasiment son discours :

" Faites un Choix ! Etre vous prêt à être forts ? "

Puis il nous regarda avec le sourire et ajouta pour en hurlant de tout ses forces :

" Moi je le suis ! Et vous aussi à présent ! "


- OUI! grondais-je.


Lançant une balle en verre dans l'aire à l'aide de sa baguette, il l’a brisa et la poudre s'évapora sur l'ensemble des forces. Alors que certains se sentaient encore plus fort qu'avant. Des cris de guerre vinrent de la foule pour faire comprendre qu'ils étaient prêts. Oui nous étions prêts à combattre pour nos vies, nos familles, notre monde. La poussée d’adrénaline donnée et impulsée par Nelson redescendit petit à petit et le silence régna de nouveau. On se préparait. L’évènement se préparait et ce silence était à la fois apaisant et annonciateur d’un terrible drame. On le savait tous. Et c’est pourquoi on le savourait comme de l’ambroisie. On ne guettait plus que le moindre bruit suspect en tenant nos baguettes d’une main ferme pour certains, moite pour d’autres ou tremblantes. Les vampires, eux, attendaient crocs dehors. Les lycans, eux, grognèrent tout bas mais cela suffisait comme menace ; puis quelques uns se transformèrent. L’hétéroclisme de nos forces me fit sourire et me laissa admirative quelques instants.

On vit alors les troupes de Lord Melkor et ce dernier, en personne devant le bouclier qui entourait l’école. Je plissais mes yeux pour faire appel à mon smilodon pour voir de quelle troupe s’était entouré le Lord. Je vis alors des loups garou, des vampires, des gobelins, des araignées (je fis la grimace de dégoût que je réservais à ces dernières), des géants bien sûr, des sbires noirs avec la sale bonne femme que je reconnus et qui me donna envie de l’étrangler sur place tellement je la haïssais. En bref, les troupes alliés et les ennemis avaient les mêmes avantages. La bataille allait être éprouvante et pénible surtout avec les dragons que je venais de voir.

Nos ennemis ne se laissèrent pas démonter par nos enchantements et par petit groupe d’assaillant commencèrent à l’attaquer. Il résista le temps qu’il pouvait et pendant ce temps là, on se tenait près à bondir dès leur entrée dans notre domaine. Ce fut le cas au bout de quelques minutes et les deux forces attaquèrent en même temps pour tuer celle en face à tout pris et il n’était pas dit que nous allions perdre. Je suivis le mouvement en poussant un rugissement et commençais à lancer des sorts avant d’avoir recours à mon smilodon ou à mes capacités supérieures.

Les dragons de Lumières, du bien s’étaient transformés et survolaient le champ. Le clan de la famille de ma grande amie Lili était vraiment nombreux, je ne pensais pas qu’ils étaient autant que ça, je dois l’avouer. Ils nous prévenaient des mouvements de l’ennemi pour essayer de nous donner un avantage quelconque. Je serrais les dents et avançaient sans plus me poser de questions. Le cerveau ne devait plus réfléchir mais agirent et obéir aux corps qui n’avait maintenant qu’un seul but : tuer ! et gagner !

_________________




Préfète de Serdaigle
Attrapeuse et Capitaine dans l'équipe de Serdaigle

" Il est sans comparaison plus facile de faire ce que l'on est, que d'imiter ce que l'on n'est pas"


Revenir en haut
Hana Lupin Di Salvo
PROFESSEUR

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juin 2012
Messages: 217
Localisation: Dans mon salon
Féminin
Maison: Serdaigle
Baguette: Hermione
Gallions: 23100
Patronus: Loup-Garou
En Couple avec: Stanley Di Salvo
Grade: Professeur de Défences Contre les Forces du Mal, Directrice de Serdaigle

MessagePosté le: Sam 13 Sep - 14:45 (2014)    Sujet du message: Le Sang des Héritiers Répondre en citant

Trois semaine que Nelson était revenue… trois semaine qu’il avait été sauvé par mes collègues et que je me sentais totalement inutile dans cette guerre, il fallait dire les choses comme elles étaient, j’étais complètement à côté de mes chaussettes, je n’étais concrètement plus dans le coup avec ma grossesse et mon accouchement, et maintenant je me trouvais idiote et pitoyable en maman bisounours… je ne me suis même pas soucié du bien être de mes élèves un seul instant, me regardant le nombril fièrement sans pouvoir mettre de chaussette toute seul durant plusieurs mois…

J’étais tranquillement en train de monter les escaliers de notre immense demeure, je me trouvait peut être idiote mais je en me laçais pas de regarder mes deux petites filles dormir, elles étaient si paisible dans leur berceaux, Nathalia avec les deux bras de chaque côté de la tête émettait des petits ronflement adorable et Astrid elle, elle changeait de couleurs de cheveux autant qu’elle pouvait, avec une petite mèche lui traversant le front je savais qu’un sourire niait me fendait le visage mais depuis que nous étions rentré de la maternité, je passais mon temps soit à courir pour me remettre en forme, à m’entrainer dans notre sous-sol ou encore à les regarder et à prendre soins d’elle. Stanley et moi… Notre couple allait bien mieux, enfin pour le moment, mais nos enfants nous rapprochait, de plus en plus et il était bien plus souvent à la maison qu’autre part, ce qui m’arrangeait parce que quand elle se mette à pleurer toute les deux c’est pas simple du tout réellement c’est l’horreur.

Il leur restait encore une bonne heure de sieste je pouvais donc aller m’affaler dans mon canapé tranquillement avec un livre, qui ne soit pas quelque chose sur la maternité merci. 18h50, j’entendis le flop de mon mari qui rentrait du travail, j’attendis qu’il arrive dans le salon pour me lever et aller voir nos petites diablotines, nous étions en plein dans les escaliers lorsque l’alarme de ma montre sonna, ce n’était pas l’alarme des biberons, c’était une toute autre alarmes, bien plus dur, bien plus dangereuse et qui annonçait la guerre, une longue et féroce bataille. Je me tournais vers Stanley et sans un mot montait en courant enfiler mon jean noir, jetant un sort à mes cheveux pour qu’il s’attache seule, demandant à Orpheïs de préparer le sac avec toutes les choses dont grands- mère aurait besoins pour nos filles. J’attrapais mon pull en laine et courait dans la chambre de nos enfants, en disant à Stanley que je faisais transplaner les enfants jusqu’à chez grand-mère qu’on se rejoignait à Poudlard, je jetais des sors à leurs lits pour les faires transplaner avec moi, Orpheïs qui partait pour aider ma grand-mère, j’arrivais dans le salon ou se trouvait grand-mère, à ma mine sombre elle comprit que c’était l’heure de la bataille et en guise d’encouragement elle n’eut d’autre choix que de dire :
 

   - Hany’, toi et Stan vous avez intérêt de revenir en vie compris ?! Je ne vais pas élever trois génération d’enfant moi !

J’embrassais mes deux amours tendrement, embrassais ma grand-mère et après l’avoir remercié, je lui adressais un baiser volant, avant de transplaner vers l’école… mon cœur ce déchirait, au fur et à mesure que je pensais à mes parents et à mes filles, je me jurais intérieurement que je en mourrais pas ! Que je n’avais pas le droits de mourir que cela mettait interdis pour mes petites, pour ne pas qu’elles soient comme mon frère et moi. J’arrivais devant l’estrade et je restais dans la foule ne sachant ou me mettre, ne connaissant aucune stratégie. Je regardais un peu partout et croisais le regard de parents, d’élève que j’avais pu connaître, à qui j’avais donné des cours, je voyais le visage de la peur passer peu à peu devant leurs visage, d’autre était euphorique et je secouais la tête en signe de mécontentement lorsque Nelson commença à motiver les troupes.

   - Nous voilà revenue au choix que nous avons parlé ! Imaginez-vous ! Que vous avez ce pouvoir ! Maintenant ! A chaque génération ! Un Sorcier plus puissant que tout le monde gouverne sur le monde ! Parce qu'une bande de types qu'ils sont morts depuis des milliers d'années ! On fixait les règles du jeu ! Ces Hommes étaient puissants ! Mais vous ! Vous êtes plus puissant que ces Hommes réunis ! Alors changeons les règles de ce jeu ! Moi je dis que mon pouvoir ! Devrait être votre pouvoir ! Ce soir ! Nous utiliserons tous nos capacités magiques pour une seule cause ! Cette cause va changer notre Destin ! A partir de maintenant ! Tous les Sorciers du monde deviendront des meneurs et des mages uniques ! Tous les enfants qui attendent d'avoir le pouvoir auront ce pouvoir ! Ceux qui seront soumis résisteront enfin ! Des Sorciers uniques chacun d'entre vous ! Faites un Choix ! Etre-vous prêt à être forts ? 

C’était un vrai discours, un discours de colonel qu’ils nous avaient fait là, mais même avec toutes la force et toutes les convictions qu’il avait pu mettre dans ce discours certain n’avait pas foie en lui, pas foie en nous et était partit.

D’une voix avec tous les sentiments de victoire qu’il pouvait y mettre il nous dit qu’il était prêt et tous en lançant une balle de Crystal, il la brisa et… c’est comme un souffle, une nouvelle vie nous était influer part tous les pores de ma peau, je me sentais plus forte, comme si je pouvais détruire une montagne, que je pouvais vaincre toutes les personnes qui nous voulais du mal, et ce souffle m’interdisais de mourir, il ne faisait que renforcer mon sentiment, un sourire ce dessinais sur mes lèvres, et croisant le regard de mon mari, je lui fis un regard entendus.

Je vis le clan de Shona, ma collègue et amie s’envoler, le champ de protection ce désintégras après quelque minute d’acharnement par nos ennemis. C’était à ce moment-là qu’il fallait réagir je tendis donc ma baguette et hurlais toute les formules que je pouvais et que je connaissais.

C’était le moment de combattre, le moment de voir des têtes tomber. 
 

_________________
Hana Lupin (Di Salvo... c'est la vie),
Professeur à la base et maintenant en CONGE, en congé ! Je ne vais pas devenir femme au foyer de si tôt !

« Avoir été aimé si profondément te donne à jamais une protection contre les autres, même lorsque la personne qui a manifesté cet amour n’est plus là. Cet amour reste présent dans ta chair. »

Albus DUMBLEDORE




Revenir en haut
Lili Godolphin
POUFSOUFFLE

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2011
Messages: 1 068
Localisation: Versailles
Féminin
Maison: Poufsouffle
Baguette: Sirius Black
Balais: Eclair de Feu
Gallions: 1551
Patronus: cheval
En Couple avec: Harry Allauch
Animal: Chaton
Grade: Cinquième année

MessagePosté le: Sam 13 Sep - 16:43 (2014)    Sujet du message: Le Sang des Héritiers Répondre en citant

Et voilà, encore une fois tout recommençait !!!  Le monde de la magie était à nouveau menacer et cette fois par un être venue du fond des âges. Mais quand connaîtrons-nous enfin la paix ?
J’avais 16 ans, je n’étais encore qu’une élève, presque  une enfant et pourtant depuis mes 12 ans , j’avais du sang sur les mains et un nombre incroyable de mort à mon actif. Comment en pouvions être arrivé là ? C’est ce que je me demandais presque tous les jours depuis que l’école de Beaubâton avait été rapatrié à Poudlard après l’attaque de Melkior sur l’école française.
Depuis j’avais reprit mes habitude de Pouffy. En tant que Préfet en Chef, je supervisais les entraînement au combat des élèves de ma maison. C’était éprouvant et fastidieux car les Pouffy n’étaient pas des combattants dans l’âme, on devait bien se l’avouer. Par contre, j’en avais un bon nombre qui pouvaient se rendre utile au près de l’infirmerie.  Du coup, je les envoyais suivre des stage de premier secoure. Car ça aussi  on en aura besoin le jour de la bataille.
L'ambiance de Poudlard était indescriptible, il y avait du monde partout !! Outres les élèves de Beaubâton et de Salem qui nous avaient rejoint. Des parents d’élèves étaient venus aussi se réfugier chez nous, comme si le château était le dernier rempare contre le mal. Tu parles, ce sera  surtout le premier lieu d’attaque du lord et de sa bande de débiles dégénérés !!


En plus des parents, tout les membres de la Salamandre étaient également là, et ça faisait du monde. Voir déambuler dans les couloirs ces guerriers en tenue de combat avec leur armes et leurs cicatrices donnait des sueurs froides. Ils si étaient impressionnants, tout le monde s’écartait sur leur passage.  Par chance ils étaient arrivés avec arme set bagages, du coup, ils avaient monté leurs tentes dans le parc, ce qui simplifiait leur hébergement.
Après la salamandre, on avait vu arrivée les Vampire de la Ligue de Sang diriger par notre Professeur  Nolhan Lockwood.  Cohabiter avec eux ne fut pas trop difficile car ils étaient d’une politesse exemplaire et faisaient tout pour ne pas se faire trop remarquer. On les avaient cantonné dans d’anciennes salle de cours qui n’étaient plus utilisées depuis longtemps.
Mais quand les Lycantes débarquèrent à leur tour, il y eu quelque grincement de dents, je dois bien l’avouer. Si  certains de leur clan gardaient leur forme humaine, beaucoup, par contre, évoluaient sous leur forme de loup. Et croiser un loup d’1.80 au garrot n’était pas vraiment un plaisir, surtout qu’ils  montraient les crocs pour un oui ou pour un non.  Du coup, eux aussi c’étaient vu installer dans le parc. Du coup Il avait été interdit aux élèves « dit normaux » pour éviter  tout incident désastreux.
Bref, avec tout  ce monde disparate, on se sentait vraiment à l’étroit dans nos vieilles pierres .  Alors, quand à la sortie d’une réunion des chef à la quelle ma mère venait de participer, elle vient nous annoncer qu’il fallait que l’on transforme les bâtiments des soins aux créatures magiques pour sa famille, je faillis péter un câble !!
On avais déjà des mercenaires professionnels, des vampires, des loups-garous et on allait y adjoindre des dragons !!  Mais comment les « chefs » allaient-ils réussir  à faire régner la paix dans ce bazar ?
Mais si encore j’étais une fille normale, une simple sorcière lambda, je n’aurais qu’à suivre les ordres et pas me soucier de ce genre de chose.  Mais voilà, j’étais pas normale, comme tout les membre de la famille de ma mère, j’avais le pouvoir de me transformer en dragon, ce qui déjà n’était pas facile à gérer.  Il avait fallu en plus que j’héberge dans mon âme le gardien de la famille, Aerendhil  le Dragon d’Or .
C’était un être fabuleux venu du fond des âges, tout comme notre ennemis. Comme lui , il possédait une âme de Valar et comme lui des pouvoirs incommensurables. Bien que juste  qu’à présent, il ne les avait pas vraiment exploité.
Bref,  je partageais mon corps avec lui, car si il le désirait, il pouvais se réincarner à travers moi. Il passait son temps à discuter dans mon esprit, me disant qu’il fallait faire si ou ça. J’avais beau lui répéter que je ne pouvais rien faire, que les adultes n’écouteraient jamais une fille de 16 ans. Il revenait tous les jours à la charge et cela m’épuisait moralement comme physiquement.  A la fin , n’y pouvant plus, je lui laissais le contrôle de mon corps pour qu’il puisse participer lui aussi au réunion des chefs. Depuis, il me laissait en paix ; mais par contre refusait de me dire de quoi il discutait dans ces fameuses réunions. Là c’était vraiment fort de café !!!
La seule chose qu'il voulut bien me dire, c’est que lors de l’attaque de nos ennemis, je devais lui laisser la pleine maîtrise de mon corps et même m'endormir pour protéger mon esprit des sorts qu’il allait utiliser car ils étaient bien trop puissant pour moi, pauvre mortelle. Je lui donnais mon accord avec joie car au moins je serais à l'abri des horreurs des combats.
Donc on en était là. Tous à attendre l’effroyable attaque qui ne tarderai pas à nous tomber dessus. Chacun affûtait ses armes et ses sorts. Moi, je courais un peu partout pour répondre à toutes les demande de ma directrice de maison,  de ma mère, de ma grand-mère Déborah, d’Aerendhil et de tout les élèves qui dépendaient de moi.  Au moins, je n’avais plus le temps de penser et le soir je m’écroulais comme une masse sur mon lit.
La seule personne qui me semblais sensé dans ce monde en folie, c’était mon père.  Après être venu rechercher tous les animaux magiques qui traînaient dans l’école pour les rapatrier chez nous, au Manoir Godolphin.  Après, il était revenu à Poudlard pour être avec  maman et moi. Il avait ramener Harrius, mon petit frère, et Vara, sa nounou Elfe de Maison. Comme il n’avait pas vraiment de responsabilité, si ce n’est protéger sa famille, c’était le seul adulte à peut prêt libre de corvées du château, donc la seul personne qui avait le temps de me consacré du temps. Tous les soirs, je le retrouvais dans les appartement de ma mère où nous parlions de tout et de rien et ça me faisait un bien fou.  On arrivait même à rire !!
Et puis, l'ouragan fut sur nous, J’étais en train de chercher un endroit pour qu’un de mes oncles et toute sa famille puissent se loger quand la sirène d’alarme retentit (c’était nouveau, une idée du professeur Césarius !!)  Mon oncle me regarda, puis laissant tomber ses valises, il partit rejoindre ma grand-mère qui déjà réunissait ses troupes. Dans mon esprit j’entendis Aerendhil me dire de lui laisser la place et d’aller me protéger au fond de son esprit, ce que je fis avec joie. Il me laissa voir par ses yeux, tant que les combat n’étaient pas engagés.  C’est ainsi que je pus admirer nos forces réunies dans la cours de l’école. Parfaitement ranger, prêt à la bataille.
Devant se trouvais les membres de la salamande,  flanqué à droite par les vampire de la ligue de sang et à gauche des loups-garous. Derrière venait les adultes en tenue de combat, baguette à la mains et enfin les élèves ranger par école et par maison. J’aurai normalement être avec les Poufy pour les aider et les stimuler, mais on en avait décider autrement pour moi. Il est vrai que pour la défense et l’attaque, le dragon d’or était bien plus intéressent que moi.
Enfin Le professeur Eiwaz (je continuais à l’appeler ainsi, même si il n’était plus professeur à Poudlard) arriva. Il prit place sur une estrade et commença à haranguer les troupes . Son discoure était enflammer et aurait réveiller le plus timoré d’entre nous pour en faire un guerrier extraordinaire. D’ailleurs c’est ce qu’il fit à la fin en faisant exploser, au dessus de nous, un sphère remplit d’une poudre scintillante qui en venant se déposer sur nos tête nous remplit de force et de confiance en nous. Nous étions fin prêt, enfin aussi prêt qu’on pouvait l’être.
Déjà, on voyait l'ennemi se masser sur les sort de protection qui entouraient le château et son parc. Dans leur foule on y reconnaissait des Loups-garous, des vampires, des géant, des trolls et même des dragons noirs. Le centre de leur force était formé par les sbire de Lord Melkior mener par Arya, sa compagne. Tous déchaînaient leurs forces sur nos défenses. Et quand elles flanchèrent, ils se ruèrent à l’attaque tel des démons sortit de l’enfer.  J’eus le temps de voir ma famille s’envoler, puis ce fut le trop noir, Aerendhil venait de m’enfermer dans son esprit. Le combat n’était plus le mien. Je n’eus même pas le temps de m’inquiéter pour ceux que j’aimais, mes parents, mes amis, Harry ….
_________________
Pied et Oeil toujours sur, telle est ma devise !!


Revenir en haut
Evan Grant
SERDAIGLE

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2014
Messages: 381
Masculin
Maison: Serdaigle
Gallions: 467
Patronus: lion noir
Grade: Deuxième année

MessagePosté le: Sam 13 Sep - 18:00 (2014)    Sujet du message: Le Sang des Héritiers Répondre en citant

Le retour d’Égypte n'avait pas été simple, j'étais tiraillé par ma conscience qui me torturait intérieurement. Depuis lors je m’entraine sur des mannequins, de peur de renouveler cette envie folle de sang. Lors de la bataille, Alexander, mon entraineur, fut blessé en me sauvant. S’il ne s’était pas interposé je ne serais plus là à l'heure qu'il est. Je lui en étais que plus reconnaissant, ce n’était plus mon second père c’était mon père tout simplement, bien mieux que mon père de sang.
Melkor approchait, je pouvais sentir le mal émanant de lui. Un mal presque envoûtant, une voix au plus profond de moi m'intimait l'ordre de le rejoindre, que c’était mon destin de basculer et détruire toutes les personne qui méprisaient les loups-garou. J’étais dans mon dortoir avec une tenue de combat que ma mère m’avait offert pour se faire pardonner du comportement de mon père et en sachant qu'il y aurait une bataille a Poudlard. Et elle savait très bien que je ne pourrais pas la passer loin de la meute, ayant déjà passé la bataille au quartier général de la secte pour sauver Nelson Eiwaz, le chef de la Salamandre. J'ai sentis que quelque chose n'allait pas en moi à ce moment la. Avant, tuer des gens me dégoûtait. Je me souviens encore de ces pleines lunes sous le contrôle d'Enola Lestrange…
J'avais découvert ça en Égypte, quand je n'avais pas pu l’attaquer et que j’avais entendu sa voix ... La voix qui me contrôlait, je descendis dans la foret interdite ou je me joignis à la meute et j'attendis les ordres d’Alexander qui ne se firent pas attendre très longtemps :
« Le moment est venu, Melkor arrive avec son armée. Nous avons juré de protéger Poudlard contre la menace que représentent cet homme et ses forces. Rappelez-vous que nous sommes ici pour défendre Poudlard et ses habitants. Et laissez vos plus bas instincts animaux se déchaîner à l'encontre de ces envahisseurs. Personne n'envahira notre territoire. Aussi longtemps que nous vivrons. En avant ! »
Sur le chemin vers le château, je sentis une main sur mon épaule, je me retournai et vis qu’Alexander voulait me parler.
« Fais attention à toi, je ne veux pas qu'il t'arrive quoique ce soit. »
Alexander était devenu mon second père depuis que l'autre m'avait mis a la porte, il comptait énormément pour moi je lui répondis donc :
-Je ferais attention Alex, je te le jure.
Aujourd’hui je n’étais pas un élève. J'étais un loup-garou et j'en étais fier, je contrôlais maintenant ma colère contre mon père. Il avait beau être mort sous mes griffes et mes crocs, ma colère n'avait pas diminué est me permettait de contrôler les transformations hors pleine lune. Je dégageai un peu de cette colère pour me transformer et être prêt en toute circonstance, j'avais les sens au aguets.
J'arrivai dans la grande salle ou un élève disait en fuyant


« Vous n'avez pas l'épée! On est foutus ! »


Cet élève était terrifié, si nous avions eu l'épée dont il parlait, il aurait trouvé une autre raison de fuir. Il ne voulait pas combattre, je n'y pouvais rien. J'entendis alors Nelson dire :


« Nous voilà revenus au choix dont nous avons parlé! Imaginez-vous ! Que vous avez ce pouvoir ! Maintenant ! A chaque génération ! Un Sorcier plus puissant que tout le monde gouverne sur le monde ! Parce qu'une bande de types qu'ils sont morts depuis des milliers d'années ! On fixait les règles du jeu ! Ces Hommes étaient puissants  Mais vous ! Vous êtes plus puissant que ces Hommes réunis ! Alors changeons les règles de ce jeu ! Moi je dis que mon pouvoir ! Devrait être votre pouvoir ! Ce soir ! Nous utiliserons toutes nos capacités magiques pour une seule cause ! Cette cause va changer notre Destin !  A partir de maintenant ! Tous les Sorciers du monde deviendront des meneurs et des mages uniques ! Tous les enfants qui attendent d'avoir le pouvoir auront ce pouvoir ! Ceux qui sont soumis résisteront enfin ! Des Sorciers uniques chacun d'entre vous !  Faites un Choix ! Etes-vous prêts à être forts ?  Moi je le suis ! Et vous aussi à présent ! »


A ces mot il jeta une boule de verre qu'il détruisit avec un sortilège et une épaisse poudre s'abbatit même sur nous j'en respirai et je sentis une force soudaine m’envahir et cette force provoqua la même chose chez tout le monde car un puissant cris de guerre résonna dans la grande salle cet force me grisait, je me sentais invincible


C'est alors que des déflagrations retentirent en dehors du château j'attendis les ordre d’Alex.


Entendus je sortit devant le grand portail une armée noire était a nos portes. Poudlard est ma maison, je ne laisserais personne l'envahir.


Je me transformai pleinement pour commencer. J'avais l'avantage du poids, j’arrachais des lambeaux de chair l'un après l'autre. Au bout de treize partisans de Melkor tué, je sentis que je risquais de perdre le contrôle. Je me retransformai partiellement et j’attaquai d'autres sbires de Melkor à coup de griffe. je plantai mes griffes dans l'abdomen d'un jeune membre de la secte, du sang commença à couler de sa bouche. Je le plaquai au sol et je ne pus m’empêcher de fondre sur sa gorge, je sentais l’afflux de sang dans ses artère jugulaire. Je m’approchai de son cou et me mis à croquer dedans. Je sentis le goût du sang arriver sur mes papille, le sang butait sur mes crocs. Je devins comme fou, je me relevai et tuai d'autres sbires de Melkor. Je ne pouvais pas me contrôler, je devenais comme fou et plus je tuais, plus j'aimais cela. Cette guerre allait me rendre fou, elle me changait au plus profond de moi. J'avais conscience que je m'approchais du gouffre qui me changerais tout ça à cause d'Enola Lestrange.
Plus j’avançais plus cette sensation m'envahissait. À un moment, je fermai les yeux et me retrouvai dans un autre monde où la guerre faisait rage au loin, et en dessous de moi une ombre serpentait. J'étais au bord d'une falaise, je me retournai mais un grillage verrouillait l’accès. Je sus tout de suite qu'il était temps pour moi de faire ce choix qui me semblait impossible. Je regardai le précipice et je vis l'ombre serpentant vers moi. Je pouvais voir ses yeux, ils étaient rouge sang et je l'entendis me parler de façon bien plus envoûtante que la voix d'Enola déjà bien envoûtante vus qu'elle me faisait tuer des étrangers, des innocents. Je commençai à comprendre qu'elle voulait m'attirer vers le bas de la falaise quand elle dis :


-Evan, ne résistes pas. Tu sais que tu es fait pour me servir , tu ferais un très bon disciple.


-Mais qui êtes-vous ?


-Tu ne me reconnais pas, pourtant nous cohabitons depuis des mois maintenant. Depuis que ton père t'a mis a la porte de chez toi, je suis ta haine la plus profonde, celle pour ton père qui te mènera plus près de moi car je ne suis qu'un petite partie de moi. Je suis le chaos en personne le mal si tu préfères. Je suis Apophis.


-Apophis est un ancien dieux égyptien d'avant l'islam, vous n'avez rien à faire en Angleterre


-Oh! Mais tu sais très bien que j'ai un partenaire en ce moment, et tu te battais contre ses hommes jusqu'à ce que je te sente prêt à me rejoindre. Et ce n'est pas parce que nos esclave ne croient plus en nous que nous avons cesser d'exister. Nous attendons l'heure de notre grand retour du moins j’attend le mien qui est proche si Lord Melkor vainc cette ridicule école.


-Vous parlez de mon école qui est sur mon territoire.


-Tu considères cette école comme tienne alors que la plupart des élèves te méprisent tout comme tout le monde sorcier. Tu sais que j'ai raison alors ne lutes pas, rejoin-moi.


C’était le plus grand dilemme de ma vie. Soit je disais non à Apophis et je risquais de mourir, soit je lui disais oui et je devenais seul à tout jamais. Ses arguments étaient très convaincant. Oui c'est vrai que la plupart des élèves nous prennent pour une sous race dangereuse, mais c’était loin d’être le cas nous somme une race à part entière. Nous sommes dangereux uniquement si on nous accule et qu'on nous force à être dangereux sinon nous n'attaquons pas.


Je réfléchissais à toute vitesse, pour peser le pour et le contre. Ce fichue serpent n'avait pas totalement tord, beaucoup de personne nous détestait et il fallait que je fasse cesser cela.


Je regardai à nouveau vers le précipice, mais le serpent n’était plus là. Je relevai la tête et je le vis, ces yeux étaient rivés sur les miens, je vis la langue du serpent s’enrouler autour de moi et me tirer doucement vers le bord de la falaise.


Je ne pouvais pas me retenir et je n'en avais pas vraiment envie, les arguments d’Apophis avais mis à sac toutes mes barrières qui me reliaient à toute mes idées. Je n'avais plus vraiment envie d'être le gentil petit Evan Grant qui faisais tout ce qu'on lui disait. Je ne suis plus le même mais bien pire qu'avant.


Je sentis mes pieds quitter le sol et le serpent lâcha l’étreinte autour de ma taille. Et je chutai pendant de longue minutes. Puis, sans vraiment le contrôler je fus un genoux au sol, transformé et je regardais droit devant moi. Rt la je me retrouvai juste en face d'un groupe de lycan qui me protégeait. Je me relevai et entendis Jeffrey me dire :


-Mais qu'est-ce que tu fou Evan ?! Bouge ! Tu as faillis te faire tuer, ça fait 5 minutes que tu es planté là à ne pas bouger.


-Commences pas à m’énerver Jeff, tu vas le regretter donc arrête .


Mes yeux commencèrent à briller d'un orange sombre.


-Tu crois qu'un gamin de 12 ans va me faire peur ?


Une vague de colère plus puissante que les autre m'envahit et j’envoyai le plus beau crochet du droit de toute ma vie, ce qui le mis K.O. Jeff fut projeté à 5 mètres sous la force du coup de poing. Je me remis alors à tuer les sbire de Melkor. Je leur retirais les bras, les jambes. Je ressentais leur douleur et je m'en exaltais. je sautas ensuite sur un sbire une lueur de folie dans mes yeux brillant j'aprochais mes crocs de son cou quand j'ouvris la bouche pour lui arracher la gorge le si delicieux afflux de sang de son cou s'eloigna d'un coup bien sur il etait toujours alonger au sol sauf que dans ces dernier mot il m'avais lancer un sortilege qui me fit voler a 10 mettre une grande douleur dans le flan droit m'assaillis. Je hurlas de douleur en regardant mon flan qui etait completement arracher. La douleur me transforma en humain .mais je sentais que les tissus se reformais d'eux meme quand tout fut refermer je me releva une hargne sans nom m'envahis et je me mis alors a reattaquer les sbire dont quelque loup garou qui etait du coté de melkor je n'avais aucune pitié je decapitais a grand coup de griffe et me retransformas en loup veritable. Alors que j'etait transformer j'entendis deux cris distinct juloe et tyra etait au prise avec deux ancien mangemort et j'egorgea les deux mangemort d'un coup projetans leur sang a des mettre a la ronde dont le visage de mes deux soeur .personne n'attaque mes soeur 
_________________

serdaigle deuxième année
poursuiveur de l'equipe de serdaigle


Dernière édition par Evan Grant le Mar 16 Sep - 23:33 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
Arya Sekhmet
LA SECTE NOIRE

Hors ligne

Inscrit le: 17 Fév 2013
Messages: 93
Localisation: Egypte
Féminin
Maison: Secte noire
Baguette: Voldemort
Balais: Eclair de Feu
Gallions: 30000
Patronus: Scorpion
En Couple avec: Lord Melkor
Animal: Serpent

MessagePosté le: Sam 13 Sep - 22:08 (2014)    Sujet du message: Le Sang des Héritiers Répondre en citant

Faire des erreurs n'était pas là pour nous rendre plus fort, bien au contraire. Quand les erreurs, si petites soient-elles, venaient se mettre en travers de nos plans, comme des grains de sable, la machine se bloquait et notre victoire semblait soudain bien loin. Nous n'en avions pas commise une petite, mais une énorme, laissez s'échapper ce pion, cet insecte qu'était Nelson Eiwaz. Je le savais, je me doutais que nous aurions du le tuer depuis des lustres, le faire expirer son dernier souffle et donner son corps aux chiens pour qu'il ne reste rien de lui. Mais non nous l'avions gardé sain et sauf et voilà le résultat désormais. Erreur stratégique qui pouvait s'avérer tragique pour nous. Le Lord n'avait pas l'air de voir les choses du même œil que moi. Il était plus optimiste que pessimiste, il se grandissait de cela, arguant que nous avions tout nos ennemis réunis pour les exterminer une bonne fois pour toute. Je croyais en lui, en ces plans, en ses décisions, mais je doutais. J'avais un très mauvais pressentiment. Cette idée d'attaquer Poudlard me semblait soudain suicidaire, nous pouvions perdre beaucoup dans la bataille.

Et comme chaque fois je faisais confiance aux dieux et aux grands sage, remettant mon âme dans les griffes de la déesse Sekhmet et du dieu Seth. J'avais prié les anciennes divinité, j'avais donné en sacrifice ce que j'avais pus. Mais surtout je m'étais occupé de prévoir les arrières de mon fils, si le malheur devait s'abattre sur nous, autant que lui soit protéger et puisse venger notre cause par la suite. J'avais envoyé le petit Seth en Russie dans un domaine sorcier, reculé et protégé avec des alliés à moi pour le protéger et l'instruire en mon absence. Il était déjà bien sombre pour son jeune âge, je croyais en lui, il deviendrait un véritable mage noir, un combattant à l'image de ses parents. Ma fierté, un véritable Melkor/Sekhmet.

Je me préparais avec le plus grand calme pour la bataille, un peu impatiente même si ce pressentiment ne me quittait pas, je n'arrivais pas à me le sortir de la tête. J'étais habillé en circonstance, une véritable oraison funèbre. Mes cheveux noirs cascadant autour de mon visage, mes lèvres recouverte d'un rouge à lèvre rouge sang, mes yeux maquillé de noir pour accentuer la noirceur de mon regard. Je portais un plastron de couleur argenté frappé du blason de mes ancêtre, une vipère enroulé dans scarabée. Plus question de jupe, ou de robe aujourd'hui, mon pantalon en cuir noir collant et mes longue bottes seraient parfaits pour combattre. Je devais être maîtresse de mes mouvements et de mon agilité, rien ne devait être négligé. Un poignard empoisonné dans la botte chose, mon agiel à ma ceinture et ma baguette en main j'étais prête.

Je me trouvais en tête des troupes humaines, j'inspirais la crainte et le respect ce qui me permettait d'être respecté, même par les hommes. J'avais ramené à la vie leur chef, je n'avais aucune pitié, je maniais les sorts noirs avec brio et je n'aurais aucun scrupules à faire sauter leur tête s'il le fallait. J'écoutais un léger rictus au lèvre le discours d'encouragements du Lord. Il fallait remotiver les troupes, leur donner confiance, d'un léger hochement de tête j'obtempérerais, encourageant ses paroles. J'attrapais les mains de mon compagnon, atterrissant devant le château ancestral.

Leurs barrières de protections ne tardèrent pas à tomber, du moins une grande partie. En tête d'un groupe de tueurs expérimentés je me glissais dans une fente leur ordonnant de me suivre. Un sourire malsain je marchais dans le parc baguette en main, bien décidé à faire de ce jour un véritable bain de sang. Pas de pitié, juste de la peur, de l'effroi et du sadisme. J'étais une guerrière venu là pour tout détruire, je n'avais pas peur de la mort, je mourrais pour mes idées, pour ce que j'ai toujours défendus.

Si aujourd'hui sonnait l'heure de mon dernier combat, je tomberais dans la dignité, la déesse Sekhmet à mes côtés.


_________________
Plus la patience est grande et plus belle est la vengeance.



Revenir en haut
Stanley di Salvo
PROFESSEUR

Hors ligne

Inscrit le: 05 Nov 2012
Messages: 332
Localisation: Chez moi avec ma famille
Masculin
Maison: Serpentard
Baguette: Lucius Malefoy
Gallions: 9050
Patronus: Lamantin
En Couple avec: Hana Lupin
Grade: Ordre de la Salamendre

MessagePosté le: Dim 14 Sep - 14:09 (2014)    Sujet du message: Le Sang des Héritiers Répondre en citant

Deux semaines après la naissance de nos filles, le vie recommença son train-train quotidien. Hana reprenait des forces à la maison, et pouvait se reposer grâce à l'aide d'Iniga et Orpheis qui s'occupaient de Natalia et Astrid quand Hana était fatiguée. Moi, je partais au boulot, et je tâchais de terminer le plus vite possible, pour aller passer du temps avec ma femme et mes filles.
La naissance de ces deux petits monstres à eu un incroyable impacte sur notre famille. Il faut dire que grâce à elles, Hana et moi nous sommes rapprochés. 
Tout va bien.
Après avoir terminé de signer plein de papiers, de donner plein d'instructions, et de vérifier si tout était fait, je transplannais à La Ligue de Sang, où j'étais attendu par Nolhan, le chef du clan et surtout, ami de longue date pour nous entraîner à des tactiques de combat qu'un vampire asiatique qui était de passage à Londres nous avait appris. 
Nous avions passé plus d'une heure à nous battre, mixant les attaques de vampires, à celle de sorciers et à celles du vampire asiatique. Le résultat était effarant. 
Alors que nous nous dirigions vers les douches, nous entendîmes une petite cloche, un bruit, une sonnerie... Un bruit que je ne saurais expliquer. Il venait de loin mais il était persistent. Nolhan compris qu'il s’agissait de quelque chose ayant à voir avec Poudlard, et transplanna directement là-bas. Moi je pris mon temps, croyant que c'était une réunion de professeurs.
Quinze minutes plus tard, je transplannais chez moi dans un "flop" et je me retrouvais à l'entrée de mon château en France. Je montait au salon où Hana était assise à lire. Je pénétrais dans le salon, et me dirigeais vers ma femme, déposais un léger baisé sur ses lèvres e souriant, et à peine allais-je lui demander comment s'était passé sa journée, sa montre se mit a siffler comme pas possible. Hana me regarda, angoissée, et monta les escaliers quatre-à-quatre jusqu'à notre chambre, et j'entendis un "flop".


Elle venait de transplanner. Je savait que maintenant, c'était urgent et qu'il se passait quelque chose de vraiment grave à Poudlard. Probablement un combat.


Je montais vers notre chambre, pris ma tenue de combat de la Salamandre, une cape longue luissante de couleur noire, avec un tatouage de salamandre rouge sur le dos, et les épaules, et un col et des épaulettes avec des pointes de fer, des gants en cuir noir et des bottes noires. Je transplannais à mon tour vers Poudlard, et j’atterris dans la Grande Salle. Plein d'élèves étaient présents, des professeurs, des membres du ministères, de l'école de Beauxbâtons, le personnel de Poudlard, des familles de sorciers tout entières tels que les Godolphns étaient là, prêts à se battre.


Je ma plaçais à côté de Nelson et Nolhan sur une estrade, et je vis Hana arriver en vitesse. Elle se plaça entre Nolhan et moi. 
Il manquait les membres de la Salamandre. Je levais le manche de ma cape, et touchait la tatouage de la salamandre. Aussitôt, un nuage en forme de Salamandre couvrit le plafond magique de la Grande Salle, et les membres commencèrent à en sortir sous une fumée grise.


Nelson commença alors son discours:


-Nous voilà revenus au choix dont nous avons parlé! Imaginez-vous ! Que vous avez ce pouvoir ! Maintenant ! A chaque génération ! Un Sorcier plus puissant que tout le monde gouverne sur le monde ! Parce qu'une bande de types qu'ils sont morts depuis des milliers d'années ! On fixait les règles du jeu ! Ces Hommes étaient puissants  Mais vous ! Vous êtes plus puissant que ces Hommes réunis ! Alors changeons les règles de ce jeu ! Moi je dis que mon pouvoir ! Devrait être votre pouvoir ! Ce soir ! Nous utiliserons toutes nos capacités magiques pour une seule cause ! Cette cause va changer notre Destin !  A partir de maintenant ! Tous les Sorciers du monde deviendront des meneurs et des mages uniques ! Tous les enfants qui attendent d'avoir le pouvoir auront ce pouvoir ! Ceux qui sont soumis résisteront enfin ! Des Sorciers uniques chacun d'entre vous !  Faites un Choix ! Etes-vous prêts à être forts ?  Moi je le suis ! Et vous aussi à présent ! 


Nelson lança une sphère de glace avec sa baguette qu'il réduisit en poussières. Des voix s'élevèrent dans la foulés. Des cris de peur, de guerre...


Ce fût alors à mon tour de prononcer mon discours:


-Membres de la Salamandre ! Nous avons depuis toujours servi le mal, jusqu'à ce que Nelson Eiwaz ici présent nous en délivre,  mais à présent, il faut y mettre un terme ! Nous avons réussis à vaincre La Force, nous réussirons à vaincre un mort vivant ! Certes, c'est le mage noir plus puissant de tout les temps, mais à nous tous, nous le vaincrons ! Poudlard ! Je sais que vous ne m'aimez pas comme professeur, mais voici venu le temps de montrer à ces énergumènes ce que je vous ais appris en cours ! Je vous exige, non... Je vous ordonne ! De mettre une fin au règne du mal qui nous empoisonne, et nous tueras ! Vous, élèves de Poudlard ! Et vous, membres de l'Ordre, je compte sur vous pour mettre au pas l'armée ennemie ! Nous sommes tous unis pour un même but, tous unis par la Magie !!


Je me tournais alors vers Hana, pris sa main dans la mienne,  et la levais ma baguette au ciel, et tout les membres de l'Ordre firent la même chose, faisant éclater un tonnerre dans  la Grande Salle du château pour montrer notre force !



_________________
Stanley di Salvo
Ambassadeur de la Salamandre
Ancien chef de l'Ordre
Ambassadeur de la France
Membre de la Ligue de Sang
Professeur de DFCM
Marié à Hana Lupin




Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:15 (2017)    Sujet du message: Le Sang des Héritiers

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Tenebros Poudlard Index du Forum -> Poudlard -> Rez-de-chaussée -> Grande Salle Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com